Participez aux débats sur l'énergie de demain

Par SFEN

Auteur
La SFEN, Société française d'énergie nucléaire, est une association ayant pour objet de favoriser l'avancement des sciences et techniques nucléaires.

Japon : l'atome toujours compétitif


mardi 26 mai 2015

Quelques mois avant le sommet de Paris sur le climat (COP21) le ministère japonais de l'économie publie une étude qui fait grand bruit : le nucléaire y apparait comme ayant un coût plus faible que les autres énergies, charbon et gaz compris.


Voir le site de la SFEN
Publié par Maurice Mazière, président du GR21

Au Japon, quatre ans après l'accident de Fukushima, le nucléaire reste la source d'électricité la plus compétitive pour les prochaines décennies. C'est le résultat d'une étude menée par le Ministère de l'Economie qui a réactualisé le coût de production électronucléaire à la lumière de l'accident de mars 2011.

Cette étude compare le coût des moyens de productions d'électricité à l'horizon 2030. Elle confirme qu'avec un coût de production de 10,3 Yen/kWh (76 euros/MWh), l'atome est une énergie compétitive que l'intégration des mesures complémentaires de sûreté, la prise en compte des accidents graves et le réajustement des coûts de démantèlement n'ont pas remis en question. Celui-ci a toutefois été revu à la hausse par rapport à un précédent rapport publié en 2011. À cette époque, le prix du kilowattheure avait été évalué à 8,9 yens. La nouvelle estimation prend désormais en compte les coûts de démantèlement et d'indemnistation des victimes en cas d'accident.

Bien qu'il soit en augmentation, ce coût de production est plus compétitif que celui des autres énergies : charbon (12,9 Yen/kWh), gaz liquéfié (13,4 Yen/kWh), éoliens (34,7 Yen/kWh) et photovoltaïques (16,4 Yen/kWh).

Actuellement, le Japon, pays pauvre en ressources énergétiques, importe en grandes quantités (et au prix fort) les combustibles fossiles dont il a besoin pour assurer sa production d'électricité. Avec la mise à l'arrêt de ses 48 réacteurs nucléaires, la part des énergies fossiles a crû. Ces énergies produisent désormais 85 % de l'électricité du pays. Les émissions de CO2 de l'île ont augmenté de 6 % en 2012 et le pays a dû se désengager des objectifs fixés par le protocole de Kyoto (1993)...

La présentation de ce rapport intervient quelques mois seulement avant la conférence sur le climat de Paris (COP21). Il est un atout pour le gouvernement japonais qui souhaite le redémarrage d'une partie des centrales du pays. Shinzo Abe, le premier ministre japonais, a indiqué à plusieurs reprises vouloir que le nucléaire reste une source significative de production d'énergie, à hauteur de 20 à 22 %. Une proportion qui permettrait d'accompagner progressivement le développement des énergies renouvelables tout en évitant le recours massif aux combustibles fossiles. Le gouvernement espère réduire les émissions de CO2 de 26% d'ici 2030.

A LIRE AUSSI

Réagissez à cet article
 (7) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
7 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
mardi 26 mai 2015 17:20
La COP21 devra nécessairement aborder l'aspect économique de l'énergie. C'est une première étude qui devrait en susciter d'autres.
[2]
Commentaire par SolarHome
lundi 08 juin 2015 18:12
Plutôt que de fanfaronner sur les couts "compétitifs" du nucléaire japonais (en excluant les 1000 milliards que vont couter Fukushima c'est facile), notre mafia nucléaire ferait bien de nous expliquer comment elle compte tordre le cou à son enfant terrible: l'ASN, devenue tellement exigeante qu'il faudrait maintenant lui faire baisser ses normes de sécurité ? Le dernier article de Médiapart sur le sujet permet de télécharger un rapport secret de l'Irsn qui en dit long sur le niveau d'incompétence criminelle atteint par EDF et Areva http://www.mediapart.fr/journal/economie/080615/epr-flamanville-de-nouvelles-et-graves-anomalies-au-coeur-du-reacteur
[3]
Commentaire par Hervé
lundi 08 juin 2015 19:45
Effectivement, si l?assiette se limite au japon et pour 279 twh/an, je doute qu'il soit encore compétitif en ajoutant les 1000 milliards (vis a vis des ENR probablement, mais pas du gaz aux cours actuels car ça augmente de Kwh d'environ 0.1 euro)
[4]
Commentaire par SolarHome
jeudi 11 juin 2015 01:02
Le but de la mafia nucléaire française étant avant tout de sauver son soldat Areva c'est normal qu'ils caressent les japonais dans le sens du poil. Areva a un gros paquet de MOX à fourguer dans le pays le plus sismique du monde.
[5]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
lundi 27 juillet 2015 17:14
La SFEN prend vraiment les Japonais (et les autres) pour des ces c - - ! Après Fukushima, il n y en a plus un seul pour croire encore que « c est pas cher ». Les Japonais sont peut-être les seuls aujourd hui a avoir une petite idée du vrai prix du nucléaire, et à comprendre qu on les a légèrement entubés pendant des années en leur disant que c était pas cher ! Nous, on continue encore de le croire jusqu à ce que notre parc vieillissant et fissuré, nous fasse un petit Fukushima sur Seine avec évacuation de Paris, Lille, Londres et Bruxelles, et là, on se dira que finalement, l atome, c est pas si économique que ça !
[6]
Commentaire par Hervé
mercredi 29 juillet 2015 19:45
La réponse a cette question se verra dans le redémarrage ou pas de leurs centrales...
[7]
Commentaire par Hervé
mardi 11 août 2015 22:50
Donc, il semblerait que c'est toujours moins cher, car les centrales redémarrent (dumoins celle qui sont a un niveau de fiabilité correct... Lien ici
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
La SFEN, Société française d'énergie nucléaire, est une association ayant pour objet de favoriser l'avancement des sciences et techniques nucléaires.

Lire la suite

Du même auteur

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...