Participez aux débats sur l'énergie de demain
Mots clefs : 

climat,

 

giec

énergie

météo

réchauffement

climat


Auteur
Zegreenweb est un portail grand public d'information, de consommation et de loisirs, interactif et communautaire, dédié à l'écologie, au développement durable et au bio.

Climat : un rapport du GIEC sonne à nouveau l'alarme


vendredi 18 novembre 2011

Le GIEC impute l'intensification des événements météorologiques extrêmes à la hausse du thermomètre mondial. Toutes les régions du globe seraient concernées, même si les pays pauvres sont les plus vulnérables.


Un article d'Anna Demontis pour Zegreenweb. Illustration : les dégâts provoqués par l'ouragan Katrina, qui avait ravagé la Louisiane et la Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) en 2005

Une fois de plus, le rapport publié aujourd'hui par le Groupe d'experts intergouvernemental sur le changement climatique (GIEC) fait parler de lui.

Finalisé jeudi soir par les climatologues, qui ont bien veillé à soupeser chaque mot employé, l'étude prophétise une augmentation des situations d'urgence liées au réchauffement climatique et aux conditions météorologiques extrêmes, notamment dans les pays les plus vulnérables. Sous l'effet de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES), les tempêtes, tornades, inondations, vagues de sécheresse et autres canicules se feraient plus menaçantes pour les populations, même si les conséquences de ces catastrophes dépendraient en partie de la préparation des Etats à de tels événements météorologiques.

D'une manière générale, les chercheurs prévoient « des changements dans la fréquence, l'intensité, la répartition géographique et la durée des événements climatiques extrêmes pouvant aboutir à une situation sans précédent ». Ils tablent aussi sur une hausse des températures moyennes comprise entre un et trois degrés celsius à l'horizon 2050 et celle-ci pourrait même atteindre cinq degrés celsius à la fin du XXIe siècle si les rejets carbone continuent de progresser à ce rythme.

Sans surprise, les allégations des experts du GIEC ont été contestées par les climatosceptiques mais aussi par des spécialistes qui n'ont pas oublié les approximations et autres coquilles présentes dans le dernier rapport général d'évaluation, publié en 2007, et estiment que la variabilité naturelle du climat n'est pas prise en compte.

De son côté, l'organisme onusien a souligné qu'aucune statistique fiable ne permet aujourd'hui d'apporter des réponses définitives dans plusieurs régions du globe. Les Etats ne sont en outre pas tous exposés de la même manière aux catastrophes météorologiques.

Alors que l'Europe de l'Ouest doit s'attendre à des vagues successives de chaleur, « certaines régions vont devenir inhospitalières » affirment ainsi les membres du GIEC, qui s'attendent à un déferlement de réfugiés climatiques difficile à gérer pour les pouvoirs publics. « La vulnérabilité des populations et les pertes sont souvent concentrées dans les pays ou régions à faibles revenus, même si les pays développés sont aussi vulnérables aux climats extrêmes », résument-ils. L'inégalité des populations face à l'augmentation du thermomètre global apparaît donc de plus en plus évidente, alors que la conférence sur le climat de Durban (Afrique du Sud) doit ouvrir à la fin du mois.

Un rendez-vous dont il faut souhaiter qu'il ne se terminera pas en fiasco comme le sommet de Copenhague (Danemark), qui avait fixé l'objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous du seuil - jugé décisif par la communauté scientifique - de deux degrés celsius. C'est hélas très mal parti...

Crédit photos : flickr - Loco Steve
Mots clefs : 

climat,

 

giec

énergie

météo

réchauffement

climat

3 commentaire(s)
[1]
Commentaire par incompétents ou intéressés ?
lundi 21 novembre 2011 22:40
ba oui ...et c'est pas avec les éoliennes et photovoltaïque que ça aider a régler le probléme !...bien au contraire, car ces fausses ENR doivent être couplées avec du nouveau thermique pour quand il y a pas de vent , pas assez de vent , trop de vent , trop de froid ou de neige , peu ou pas de soleil !!! Le CO2 tout comme les problémes de l'eau doivent guider nos choix ...et c'est tout le contraire que se passe ...du faux que du faux , pas d'intelligence et pas de ligne de conduite ...nos politiques a l'UMP comme au pS sont médiocres car ils font du clientélisme ceci au prix d'émissions de co2 supplémentaire ! ... La géothermie , l'isolation , les économies d'énergie , les ENR a production régulières , la recherche , tout ça c'est a développer ...là nous baisserions nos émissions !
[2]
Commentaire par jipebe29
mercredi 23 novembre 2011 00:47
En 2002, l'ONU annonçait 10 millions de réfugiés climatiques pour les prochaines années. On les attend toujours...
Le GIEC annonçait une montée continue de T, avec l'augmentation du taux de CO2 : on attend toujours, car T est stable depuis 1999.
L'Arctique devait se réduire comme peau de chagrin : il est toujours là et sa glace se reconstitue en hiver.
Les océans devaient monter à plus de 3mm/an : ils sont en phase de stabilisation.
Le flux IR quittant la haute atmosphère devait suivre les prévisions des modèles numériques : une publication de Spencer, qui a analysé les données satellites sur plusieurs années montre que le flux réel est bien inférieur aux prévisions.
Les océans devaient gagner beaucoup de chaleur : ils n’en gagnent pas ((publication de Spencer et Braswell)

Delirium Carbonum...
[3]
Commentaire par jipebe29
mercredi 23 novembre 2011 00:51
A l'approche de Durban, il importe de crier haut et fort pour nous culpabiliser et nous faire peur avec tous ces cataclysmes qui vont nous tomber sur la tête. Or, dans ses premiers rapports, le GIEC affirmait que la baisse d'écart de T entre les pôles et les Tropiques allait diminuer le nombre et l'intensité des tempêtes. Ils ont fait un beau virage à 180°. Curieux, non ? Un jour c’est blanc, le lendemain c’est noir, sans aucune justification ?
En fait, les températures des deux pôles ayant diminué (alors qu’elles avaient augmenté dans les années 1950), les anticyclones mobiles polaires sont plus fréquents et plus intenses (plus de 1030 hPa), ce qui génère des dépressions plus fortes. Voyez ce document du climatologue français Marcel Leroux :
http://www.biokurs.de/treibhaus/180CO2/Echanges-meridiens-Chang-clim.pdf
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !