Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Grenoble INP - Ense3
Auteur
Yannick Lafon, 23 ans, est étudiant à l'INP de Grenoble, Ense3

Le "smart transport", une solution pour améliorer le mix énergétique ?


mercredi 19 février 2014

Cet article a obtenu le 3eme prix du concours Génération énergies, organisé par la chaîne Energie, SIA-Partners et RTE.


Afin de parvenir aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par le paquet énergie climat de 2008, l'Europe se doit d'intégrer les énergies renouvelables à son marché électrique. Pourtant, le secteur des transports particulièrement énergivore reste quasiment exclusivement alimenté par des ressources fossiles fortement émettrices de CO2. La rationalisation de la consommation de ce secteur est un angle d'étude essentiel pour atteindre les objectifs Européens et  permettre la viabilité du réseau électrique de demain.

Le transport, un secteur clé.

En 2007, loin devant le gaz (23%) et l'électricité (21%) le pétrole représentait 42% de la consommation d'énergie finale de l'UE. Le secteur des transports consomme à lui seul 70% de cette ressource quasi exclusivement importée et représente 24% des émissions totales de CO2 en Europe derrière l'industrie de l'énergie (37%).
De plus, le transport routier représente à lui seul 95% des émissions de GES du secteur en France, dont 57% émis par les véhicules particuliers. Le comportement des particuliers représente donc un levier considérable.
        
Il existe déjà des initiatives dans ce domaine comme le développement de l'auto-partage ou du covoiturage. Le succès d'Autolib' ou de BlaBlaCar est la preuve que ces outils proposent une réelle alternative aux citoyens.

Le "smart transport", vecteur de sobriété énergétique.

      Né de l'application des nouvelles technologies au secteur du transport, le "smart transport" consiste essentiellement à réduire les temps et coûts de déplacement. Il peut aller beaucoup plus loin en proposant l'utilisation du moyen de déplacement le plus adapté à vos besoins, en favorisant les transports qui ont la meilleure efficacité environnementale (figure 1) et en prenant en compte la disponibilité du réseau routier ou électrique (figure 2).

Figure 1 : L'efficacité environnementale des transports de marchandises et de passagers en 2010 (ADEME)
     
Conseiller l'utilisation du vélo ou des transports en commun pour les trajets urbains lorsque le trafic est congestionné, indiquer les heures creuses de consommation pour recharger les batteries des voitures électriques au moment propice, permettre aux entreprises qui utilisent de façon importante le transport routier de rationaliser leurs déplacements et d'ainsi faire des économies, voilà quelques missions du smart transport. Cette évolution du secteur se fait grâce au développement de l'information voyageur multimodale et l'invention d'applications Smartphones innovantes comme Waze1.

      De gros progrès peuvent être faits sur les déplacements pendulaires2. En effet, le taux d'occupation moyen d'une voiture en Europe étant de 1,1 passager, l'utilisation du covoiturage est une piste pertinente d'amélioration. L'incitation de ce mode de transport auprès des salariés en organisant une plate-forme de mise en relation ou en réservant des places de parking pour le covoiturage à un rôle important à jouer dans le changement des comportements. Avantageux économiquement pour le salarié qui économiserait environ 530€ par an3, le bénéfice environnemental représenterait 1t de CO2 par personne et par an.


Équilibrer le mix routier...

      Le développement du véhicule électrique n'atteint pas les objectifs fixés par les industriels. En effet, au-delà du coût élevé de la technologie, les difficultés de charge des batteries et d'accès aux bornes de recharge restent un challenge pour la filière. Pourtant, le succès d'Autolib' démontre qu'il est possible de répondre aux attentes des usagers avec l'auto-partage à l'aide d'une gestion intelligente du parc.

      Le système V2G (vehicle to grid) montre également qu'il est possible de concevoir une évolution du parc automobile, avec une part plus importante de voiture électrique, sans pour autant surcharger le réseau4. En effet, c'est la consommation de pointe qui pose le plus de problèmes au réseau électrique français avec une croissance de 3% par an alors que la consommation moyenne stagne (+0,6%). Une gestion intelligente de la charge permettrait donc d'intégrer aisément la motorisation électrique.
     
... pour équilibrer le mix énergétique européen.

      L'Europe s'est engagée à porter sa part d'énergie renouvelable dans la consommation énergétique de 8,5 % en 2006 à 20 % en 2020. Or l'intermittence de production de ces énergies pose de réels problèmes pour l'équilibre entre production et consommation du réseau électrique. Ne posant pas de problème de surproduction, l'introduction des véhicules électriques sur le réseau est en fait une solution à l'intégration des énergies renouvelables au réseau.
      Nécessitant d'être rechargée la nuit (période de consommation faible), les batteries des voitures électriques peuvent fournir de l'énergie en fin de journée permettant ainsi de soutenir le réseau lors des pics de consommation (19-20h). L'Europe réduirait ainsi sa consommation de pétrole du fait de la diminution du parc automobile thermique et plus généralement sa consommation
Figure 2 : schématisation du smart transports        d'énergies fossiles (fioul, charbon, gaz) en effaçant les pics de consommation.
     
Un bouleversement du paradigme actuel

      Le développement du smart transport entre donc dans toute une logique de sobriété et d'optimisation énergétique à laquelle le monde devra faire face et de laquelle l'Europe doit être leader. Le déplacement de tout un chacun y sera repensé dans un but d'optimisation. Pièce maitresse sur l'échiquier  de la ville durable, le smart transport permettra la réduction des émissions de CO2 et une optimisation du mix énergétique.
      L'Europe doit donc se lancer dans le développement tous azimuts du smart transport afin que nous soyons un exemple pour le monde. Nous pourrons alors en retirer des avantages compétitifs dans le domaine et un réel savoir faire à exporter.

     
   NOTES
  
1. Waze est une application de navigation communautaire, forte de 70 millions d'utilisateurs ayant pour but de déjouer le trafic, économiser du carburant et gagner du temps afin d'améliorer les déplacements quotidiens de chacun.
   2. Déplacements pour aller et revenir du lieu de travail.
   3. En se basant sur des véhicules à essence sur un prix de l'essence arbitraire de 1.5€/L et en sachant que pour 1 L d'essence brulé, il y a 2.28 Kg de CO2 rejeté.
   4. M. Grabette, responsable R&D et innovation chez RTE signale que même en suivant un scénario optimiste de deux millions de véhicules électrifié à l'horizon 2020, la consommation électrique française ne devrait grimper que de 1 à 3 pourcents.

SOURCES OFFICIELLES

* Transports et émissions de CO2, Conférence Européenne des Ministres des Transports, 2007
* Transport - Les chiffres clés - Énergie et climat, ADEME, 2012
* Caractérisation de services et usages du covoiturage en France : Quels impacts sur l'environnement, quelles perspectives d'amélioration ?, ADEME,  Juin 2010
* Rapport énergies 2050, Jacques PERCEBOIS & Claude MANDIL (Ministère de l'économie des finances et de l'industrie), Février 2012
* Chiffres clé du climat -France et Monde, Ministère du l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, 2013
* Les nouvelles mobilités sereines et durables : concevoir des véhicules écologiques, M. Denis BEAUPIN et Mme Fabienne KELLER, 2014

  
   BASES DE DONNÉES :

   http://www.ihest.fr/mediatheque/dossiers/l-energie-situation-et/l-energie-dans-l-union-europeenne
  
   http://ec.europa.eu/clima/policies/transport/
  
    http://www.iea.org/Sankey/index.html#?c=OECD%20Total&s=Balance
   http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/environment/data/database
   http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF01333
  

   INFORMATIONS DIVERSES :
   http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/qr/d/automobile-taux-occupation-voiture-1019/
  
   http://www.transport-intelligent.net/
   http://www.france-mobilite-electrique.org/mecanisme-d-effacement-pour-les-pics-de-consommation-electrique,4174.html
  
 
  
  
Réagissez à cet article
 (1) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Keller
mercredi 29 novembre 2017 12:42
l'offre de vehicules electriques pour les particuliers se développe mais il faut que les reglementations suivent: j'habite un appartement au 2ème étage et disposer d'une prise electrique avec individualisation de la consommation par un compteur pour recharger ma batterie,à mon domicile,dans le parking nécessite l'accord majoritaire de tous les co-propriètaires .meme si j'avais les moyens d'acheter un véhicule électrique,ou hybride rechargeable,je devrais attendre une loi modifiant les reglements de copropriété pour avoir accès à cette énergie verte tant vantée.Ce n'est qu'un exemple des goulots d'étranglement innombrables que les pouvoirs publics feignent d'ignorer dans leur promotion de la transition écologiquee.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Yannick Lafon, 23 ans, est étudiant à l'INP de Grenoble, Ense3

Lire la suite