Participez aux débats sur l'énergie de demain

La 1ere voiture à hydrogène commercialisée en 2015


lundi 30 juin 2014

Toyota a annoncé qu'il commercialisera en 2015 la première voiture à pile à hydrogène. Le coût et l'absence de réseaux de distribution d'hydrogène restent les freins au développement de ce type de voiture.


Voir le site L'énergie en questions

Toyota, premier constructeur automobile au monde, a annoncé le mercredi 25 juin 2014, que sa première voiture à pile à combustion sera commercialisée au Japon d'ici avril 2015. Il sera dès lors possible d'acquérir ce véhicule pour 50 000 euros HT. Ce même engin sera disponible dès l'été 2015 en France et aux États-Unis selon la firme nippone. Une façon pour Toyota de rester dans la roue de Honda, qui prévoit également de lancer une voiture équipée de la même technique de PAC.

Les points forts de cette source d'énergie sont nombreux : l'hydrogène se trouve en abondance et sa combustion n'émet pas de CO2, mais de l'inoffensive vapeur d'eau. Une énergie propre à portée de main sur le papier. Toyota a annoncé des  « performances et une autonomie comparables à celles d'une voiture à essence. Le plein se fait en trois minutes environ ». Des déclarations de bon augure quant au développement de cette technologie qui pourrait révolutionner la mobilité du futur.

Une technologie encore confrontée à des limites

Cela étant, les interrogations demeurent. Malgré tous les progrès accomplis, les coûts restent très élevés, aussi bien pour déployer le réseau nécessaire de bornes de distribution d'hydrogène que pour fabriquer les PAC qui contiennent du platine (un métal plus cher que l'or).

De plus, le caractère inflammable de ce gaz oblige les fabricants à blinder le réservoir à hydrogène de leurs véhicules pour éviter que le moindre accident ne se transforme en explosion (cf illustration).

Enfin, il est couteux de transporter de l'hydrogène car, pour être transporté dans des volumes raisonnables, il convient de le comprimer à une pression de 200 à 700 bars, ce qui occasionne un surcoût d'énergie par rapport au gaz naturel. En résumé, le transport de l'hydrogène est plus énergivore que celui du gaz naturel.

Un réseau de bornes de recharge commence à émerger

Pour pallier ces limites, le déploiement de réseaux de bornes de distribution d'hydrogène apparaît comme une première étape. En ce sens, quatre nouvelles stations d'hydrogène devraient ouvrir d'ici la fin de l'année 2014 au Danemark. Ces ouvertures font partie intégrante du Copenhagen Hydrogen Network, un projet soutenu par la Commission européenne. Cette initiative a déjà permis à deux stations de voir le jour et a pour objectif in fine de mettre en place un réseau de distribution sur tout le territoire national. Elle rassemble le groupe français Air Liquide et H2 Logic, son homologue danois spécialisé dans la fabrication de systèmes de piles à combustible zéro émission.

Ces stations permettront de faire le plein en 5 minutes pour 500 km d'autonomie grâce à un électrolyseur dans chacune des stations. Elles produiront ainsi l'hydrogène sur place sans aucune émission de gaz à effet de serre. Le projet de mise en place de ces bornes est en phase avec l'objectif ambitieux du Danemark : 100% énergies renouvelables d'ici 2050 !

Réagissez à cet article
 (1) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Ourasi
mardi 01 juillet 2014 01:58
Vous avez vu la consommation d'énergie pour produire cet hydrogène avec de l'électrolyse, puis pour le compresser ? C'est pire que la voiture électrique. Lecture : http://futura24.voila.net/petrole/voiture.htm J'ai vu un beau cheval à la fin. L'avenir ?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...