Participez aux débats sur l'énergie de demain

Le Japon veut devenir le leader mondial de la voiture à hydrogène


vendredi 01 août 2014

Le Premier Ministre du Japon, Shinzo Abe, a annoncé la mise en place d'un plan gouvernemental pour le développement de la voiture à hydrogène. Cette nouvelle intervient alors que Toyota commercialisera son premier modèle à hydrogène en avril 2015.


Voir le site "L'énergie en questions"

A l'occasion de la visite d'une station de distribution d'hydrogène et du test d'une voiture à hydrogène, le Premier Ministre nippon a déclaré que le gouvernement allait subventionner massivement ce secteur. Les Japonais pourront bénéficier d'une prime gouvernementale de 2 millions de yens (soit 14.600 euros) pour l'achat d'un véhicule à hydrogène. Le Japon prend ainsi l'initiative pour devenir le leader mondial des véhicules à hydrogène.

Le seul modèle de véhicule à hydrogène commercialisé aujourd'hui est le ix35 Fuel Cell, mis au point par Hyundai-Kia. Mais bientôt, Honda entrera sur le marché avec sa FCX Clarity, ainsi que Toyota avec la FCV (pour « Fuel Cell Vehicle » ou « Véhicule à Pile à Combustion »). La Toyota FCV devrait sortir en Avril 2015.

L'obstacle du coût

Le principal problème de ces véhicules est leur coût. La Toyota FCV sera mise sur le marché à un prix d'environ 7 millions de yens, soit 51.000 euros. C'est moins cher que la Tesla Model S (71.000 euros), qui présente la même autonomie, mais cela reste une barrière à la vente grand public.

Avec la subvention du gouvernement japonais, le prix d'un véhicule à hydrogène descend à 5 millions de yens, soit 36.500 euros. Il peut alors entrer dans la compétition avec les voitures hybrides du même ordre de prix, comme la Lexus CT.

L'obstacle de la distribution

L'autre problème pour les véhicules à hydrogène est leur autonomie limitée en l'absence de stations de réapprovisionnement. Mais le gouvernement japonais a également proposé une solution dans ce domaine, annonçant la mise en service de 100 stations d'hydrogène. Il n'a toutefois pas fourni de calendrier précis concernant leur déploiement.

A cela va s'ajouter un programme d'aide aux constructeurs pour amener le coût de la voiture à hydrogène à moins de 4 millions de yens d'ici 2025 et la mise en place de centres de production d'hydrogène sans émissions de CO2 d'ici 2040. En effet, si la voiture à hydrogène n'émet aucun CO2 elle-même, la production de l'hydrogène liquide qui sert de carburant en émet.

En Californie aussi

Le Japon n'est pas le seul à s'intéresser à la voiture à hydrogène. L'Etat de Californie a mis en place un plan d'investissement de 47 millions de dollars pour développer 28 nouvelles stations à hydrogène. Il en possède déjà 10 et 16 autres sont déjà en construction. Jim Lentz, responsable de Toyota pour l'Amérique du Nord a affirmé que ce serait suffisant pour soutenir une flotte de 10.000 véhicules.

Quel avenir pour le véhicule à hydrogène ?

La Chine, plus gros marché automobile du monde, n'a pas fait ce choix. Le gouvernement chinois a plutôt opté pour le véhicule électrique classique. Un décret oblige les organismes publics à acheter au moins 30% de véhicules électriques. Un autre exempte les véhicules électriques de la taxe à l'achat (qui représente 10% du prix) jusqu'en 2017 pour booster la demande. A Pékin, les Chinois peuvent obtenir une subvention de près de 14.000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique.

Quels sont donc les atouts de l'hydrogène face à son concurrent électrique classique ? Les bornes de recharge électriques sont plus développées et les voitures électriques n'émettent pas non plus de CO2. Toyota souligne que ses véhicules à hydrogène sont plus réactifs, plus performants et possèdent plus d'autonomie que les véhicules électriques classiques.

Mais l'argument principal se trouve dans le temps de recharge. Un véhicule à hydrogène prend presque autant de temps à recharger qu'un véhicule à essence.

Illustration : Toyota
Réagissez à cet article
 (1) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par MAUGIS
mardi 19 août 2014 16:38
Un programme ambitieux de décarbonnation du réseau électrique doit précéder le développement des voitures électriques. Dans le cas contraire, l'augmentation de consommation d'électricité peut entraîner une augmentation des émissions de CO² par les centrales consommant une énergie fossile. L'ile de La Réunion (France - DOM) entame actuellement un programme ambitieux de développement des énergies propres. Compte tenu de la taille de ce territoire insulaire, ce développement peut être très rapide et servir de modèle au reste du Monde.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...