Participez aux débats sur l'énergie de demain

France-Allemagne : vers un Airbus de la transition énergétique


mardi 28 janvier 2014

Le Président François Hollande a souhaité "une belle alliance" franco-allemande dans le domaine de l'énergie et "une grande entreprise franco-allemande pour la transition énergétique", à l'image d'Airbus. Qu'est-ce que cela peut-être ?


Voir le site de "L'énergie en questions"

Lors de sa conférence de presse du 14 février, le président de la République François Hollande a annoncé son intention de voir le couple franco-allemand se "coordonner pour la transition énergétique" : "c'est un grand enjeu pour l'Europe, mais nous devons, France et Allemagne, montrer l'exemple", a-t-il ajouté.

Pour l'heure, les contours de cette politique énergétique commune demeurent flous. Celle-ci fera l'objet de propositions qui seront présentées le 19 février à Paris, à l'occasion d'un conseil des ministres conjoint. Le ministre aux Affaires européennes, Thierry Repentin, a indiqué vouloir travailler en priorité sur "les technologies de rupture". L'objectif ? "Identifier entre la France et l'Allemagne des niches d'activité, des métiers nouveaux, des filières industriels liées à l'énergie où nous avons la conviction qu'il y a des activités à créer (...)".

A l'instar du consortium Airbus, fondé à la fin des années 1960 par la France, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni, il s'agira, plutôt que de faire fusionner des industries déjà existantes, d'établir une coopération entre des pays pour favoriser l'émergence de secteurs innovants.

Ainsi, au-delà de partenariats dans le domaine des énergies renouvelables (Areva devrait créer prochainement une co-entreprise avec le groupe espagnol Gamesa pour développer l'éolien offshore), des coopérations devraient voir le jour dans le secteur de la recherche sur des technologies de stockage de l'énergie (qui apporteraient une solution à l'intermittence des énergies renouvelables) et d'union des réseaux de distribution (RTE, gestionnaire français des lignes à haute tension, a fait part de son souhait de s'allier avec ses confrères européens).

Un consortium franco-allemand dans le solaire

Premier axe de coopération franco-allemande : l'énergie solaire. Paris et Berlin souhaitent créer une usine de panneaux photovoltaïques, baptisée X-GW et destinée à concurrencer la Chine, qui propose des prix 30% inférieurs à ceux du marché européen.

Eicke Weber, président de l'Institut de recherche allemand Fraunhofer de Fribourg sur les systèmes solaires, a déclaré dans les colonnes du journal Les Echos que le photovoltaïque était "une technologie stratégique pour l'Europe. Soit nous décidons de la laisser aux Asiatiques, soit les gouvernements sont prêts à nous aider à travers des garanties de crédit, comme pour Airbus".

Ce premier projet de coopération franco-allemande ne fait pas encore l'objet d'un large consensus. D'une part, des énergéticiens craignent de se voir imposer leurs stratégies par les Etats et attendent de ceux-ci la définition d'une politique européenne cohérente dans le secteur de l'énergie. D'autre part, l'état du marché de l'énergie solaire, marqué par de nombreuses faillites en Allemagne et une baisse prévue des subventions étatiques, a de quoi laisser certains observateurs perplexes.

Toutefois, selon Eicke Weber, la demande de panneaux solaires devrait atteindre 45 GW cette année et 100 GW par an d'ici 2020. Quant à la nouvelle usine X-GW, elle devrait permettre de produire entre 1 et 5 GW par an.

Réagissez à cet article
 (14) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
14 commentaire(s)
[1]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mardi 28 janvier 2014 13:57
Enfin ! Maintenant, il faut passer des déclarations aux actes si on ne veut pas que la France ne soit réduite qu à une nation touristique.
[2]
Commentaire par Gépé
mardi 28 janvier 2014 15:48
Enfin un objectif clair exprimé par le Président. L'énergie était à la base de l'union européenne et doit le redevenir; mais attention de conserver une certaine autonomie pour maitriser la relation "cout du travail-prix de l'énergie" comme l'expose la note n°6 du CAE. Que les spécialistes de la question s'expriment.
[3]
Commentaire par papijo
mardi 28 janvier 2014 15:52
Pour 430 M. Commençons par regarder où en sont les Allemands. Regardez ce graphique du journal "Die welt" qui montre la production d'électricité de la semaine du 9 au 15 décembre 2013 décomposée en photovoltaîque / éolien / conventionnel, et dites nous si cela mérite qu'on double le prix de notre facture d'électricité pour en arriver là ! Plutôt que de reproduire leurs erreurs, faisons comme eux, soyons "écolos" quand ça arrange nos industries, et sinon faisons suivant nos moyens. Les Allemands ne se gênent pas pour bloquer un plafonnement du CO2 émis par les voitures (Mercédes veut pas) ou pour développer des centrales au charbon / lignite (Siemens est en retard sur le nucléaire, pas sur le charbon ou l'éolien). Il n'y a pas de raison pour ne pas développer au maximum le nucléaire et le gaz de schistes en France !
[4]
Commentaire par un physicien
mardi 28 janvier 2014 17:44
L'Energiewende va droit dans le mur. M. Altmeier, précédent ministre de l'écologie avait calculé que l'Allemagne avait déjà engagé MILLE MILLIARDS d'euros de subventions pour le photovoltaïque, qui produit 5% de la consommation allemande. Ne montons surtout pas dans cet avion !
[5]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mardi 28 janvier 2014 21:48
Physicien oublie de préciser que les mille milliards représentent le coût estimé jusqu à 2030 et que maintenir notre système nucléaire actuel coûtera à peu près autant en France (sauf en cas d accident nucléaire, qui doublerait la facture). Il oublie aussi de citer la fin de la phrase d Altmeier. Je répare cet oubli : "Le coût de la transition énergétique est élevé pour les allemands". Il s est dit convaincu qu à terme, les allemands seront gagnants : "Pour moi, les énergies renouvelables sont une chance pour la compétitivité de nos industries". http://www.transition-energetique.gouv.fr/mag-du-debat/conseil-national-du-debat-auditionne-peter-altmaier-sur-lexperience-allemande
[6]
Commentaire par Hervé
mercredi 29 janvier 2014 01:29
@430 Le coût du parc actuel est estimé à 100 milliard pour 75% de notre conso (le remboursement constitue la part la plus importante du coût du nuke). 100 milliards, c'est ce qu'on dépensé les allemands pour faire 15% de leur élec, sachant qu'il n'iront pas beaucoup plus loin sans résoudre le problème du stockage à bas cout (ce qui changerait pas mal la donne). Avec 1000 milliards, vous vous payez plus 300 réacteur AP1000, on pourrait alors fournir l'europe entière (ce serait débile, au passage). Pour le moment l'industrie ENR allemande est trés mal en point, le solaire se pète completement la gueule bouffé par les chinois, l?éolien ça va venir. De plus, faut rappeler que la situation géopolitique chez eux n'est pas la même, ils sont assis sur une montagne de charbon et leur démarche est plus cohérente (si on fait abstraction du prix) que nous. La France a pris une bonne décision en ne se lancant pas a corps perdu dans une voie a l'issue plus qu'incertaine. Il est aussi intéressant de constater que les groupes français (principalement Alsthom) ont su miser la ou il y a un vrai potentiel ENR, et ça risque de payer dans quelques années.
[7]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mercredi 29 janvier 2014 17:37
Décidément, Hervé dit toujours n importe quoi, le parc nucléaire actuel n a pas coûté 100 Milliards mais presque le double: 188 (dixit Cour des Comptes). Mais, vu les failles de sécurité du parc français découvertes, notamment avec Fukushima, il faudra bien plus que 188 M (env. 60 M par an soit 1200 milliards d ici 2032) SIMPLEMENT POUR RESTER AU NUCLÉAIRE d après la SFEN (pas d après Greenpeace !). Physicien aussi dit n importe quoi (et risque de piquer la palme à Hervé) :1000 Milliards déjà engagés pour 5% de l énergie ? Les Allemands sont devenus fous ? ou alors très riches ? Non, la vérité c est 67 Milliards dépensés avant 2012 pour 23,4% d énergie. Les 1000 M d Altmaier c est 67 déjà dépensés +250 engagés d ici 2022 +360 s ils continuent au même rythme jusqu en 2032 +300 pour rénover le réseau et développer le stockage. En synthèse: 67 Milliards pour 23% et 1000 M pour 80% d ENR + stockage + réseau en Allemagne / 1200 Milliards pour RESTER au nucléaire en France + 430 M en cas d accident qui, malheureusement, arrivera un jour en France (même l ASN le reconnaît). Passer à 100% ENR coûterait le même prix que rester au nucléaire, env. 60 M/an mais créerait beaucoup plus d emplois et nous éviterait Fukushima/Seine. Qui fait le meilleur choix ? http://transitionenergetique.org/actualites/des-energies-renouvelables-a-1000-milliards/ http://energies.sfen.org/le-debat-sur-la-transition-energetique/transition-energetique-le-conseil-national-face-a-quatre-scenarios
[8]
Commentaire par un physicien
jeudi 30 janvier 2014 09:23
@Hervé Puisque nous sommes en compétition à qui dira le plus n'importe quoi, j'apporte une contribution concernant la biomasse, sous la forme d'un article du Spiegel qui explique parfaitement comment l'Energiewende est essentiellement fondée sur la captation de subventions : http://www.spiegel.de/international/germany/biogas-subsidies-in-germany-lead-to-modern-day-land-grab-a-852575.html
[9]
Commentaire par Hervé
jeudi 30 janvier 2014 13:48
Ok Physicien, je relève le défi. Ce qui est amusant c'est que 430 nous écrit que le parc actuel a couté 188GE (cette somme inclue toutes les dépenses de RD amont, y compris celles qui incombent à l'état..., Pour rappel, la CC a chiffré la construction des centrales actuelle à 122GE (de 2010) trés exactement. Mais c'est moi qui raconte n'importe quoi bien sur...). Et 430 nous affirme ensuite qu'il en faudra 1000 pour les prolonger de 30 ans de plus (chiffre officiel:55 en tout, pas chaque année)... Mais la aussi c'est moi qui raconte n'importe quoi, dans la réalité de 430, l'entretien mi vie d'une centrale coute 10x plus cher que d'en construire une neuve, bien sur c'est logique... Fukushima nous a appris au moins un truc, c'est qu'on avait eu raison de pas faire des BWR... Et qu'il faut mettre les groupes électrogènes en hauteur quand on est au bord de l'eau (+ quelques uns de dispo avec les moyens de les emmener rapidement). On constate aussi que le japon semble survivre à des rejets massifs de radioactivité. A la lecture des commentaires de certains, on aurait pu penser le contraire. Il semble aussi qu'il reste encore quelques des habitants en Ukraine et en Bielorussie. De l'ex URSS, ces pays font partie de ceux ou l'on vit le plus longtemps...
[10]
Commentaire par un physicien
jeudi 30 janvier 2014 15:57
Attention Hervé ! Je viens d'en trouver une bonne, encore dans le Spiegel. Les épargnants qui ont mis leurs économies dans l'éolien ... n'en reverront pas la couleur. http://www.spiegel.de/international/business/wind-power-investments-in-germany-proving-riskier-than-thought-a-946367.html
[11]
Commentaire par Hervé
jeudi 30 janvier 2014 20:12
@ Physicien, Oh vous savez je crois que ça va être encore pire en Espagne, ils veulent revoir a la baisse les tarifs de rachat PV avec effet rétroactif. S'ils le font, certains petits investisseurs risquent de tout perdre, même leur maison: http://www.nytimes.com/2014/01/06/world/europe/spains-solar-pullback-threatens-pocketbooks.html?ref=suzannedaley&_r=0
[12]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
jeudi 30 janvier 2014 21:36
Soit Hervé est très naif, soit il fait semblant de croire que nos vieilles centrales aux réacteurs fissurés fonctionneront éternellement. La vérité est qu il faudra bien les remplacer un jour. Et là, les chiffres donnés par la SFEN (Société Française de l Énergie Nucléaire) sont très clairs : qu on reste au nucléaire ou qu on passe à 100% d ENR, c est environ le même prix : autour de 60 milliards par an. http://energies.sfen.org/le-debat-sur-la-transition-energetique/transition-energetique-le-conseil-national-face-a-quatre-scenarios Quant à croire ce que raconte la presse, et le Spiegel en particulier, il faut d abord se poser la question de qui les finance. Les informations de la Cour des Comptes sont généralement un peu plus sérieuses que celles de la presse. Page 48 : « LE TOTAL DES INVESTISSEMENTS PASSÉS DESTINÉS AU DÉVELOPPEMENT DE LA PRODUCTION ÉLECTRONUCLÉAIRE ET QUI A PERMIS LA RÉALISATION DU PARC ACTUEL ET DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES DE BASE QUI LUI SONT ASSOCIÉES EST ESTIMÉ À 188 MdE2010 ». Hervé dit bien n importe quoi. http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Les-couts-de-la-filiere-electro-nucleaire
[13]
Commentaire par Hervé
jeudi 30 janvier 2014 23:09
@430 1)- Je ne crois pas avoir écrit que les réacteurs fonctionneraient éternellement. Le centrales peuvent être exploitée 60ans, moyennant de lourds travaux à mi parcours. 2- Les chiffres sur le site de la SFEN n'émanent pas de cet organisme (430 pris encore une fois flagrant délit de tentative d'escroquerie), il reprends les couillonnades issues du débat sur la transition énergétique basé sur l'exploitation de technologies restant à inventer..., 4 scénarios plus ou moins douteux dans le but d'effectuer la totalité de la transition énergétique (Celui à 97% d'ENR inclue aussi un paquet de sacrifices sociaux, je doute vraiment qu'on s'engage vers cette voie).. 3)-Rapport de la court des comptes (document de synthèse) http://www.ccomptes.fr/content/download/1797/18011/version/3/file/Synthese_rapport_thematique_filiere_electronucleaire.pdf Dans les premières pages, on voit que la construction des centrales a coûte 96 GE (j'avais arrondi à 100), 121GE si vous incluez aussi toutes les installations annexes. La somme que vous indiquez est le total incluant les frais de recherche fondamentale depuis le début, l'ensemble du cheminement industriel...(Frais qui ne seront plus a engager à l'avenir), dépenses concernant les organismes d'état... Si vous voulez l'appliquer au nucléaire, Ok, mais faites le aussi aux ENR (Chiffrer combien a t on dépensé dans la conception des éoliennes depuis leur invention, le développement des moulins au moyen age, cout de la part du développement des div
[14]
Commentaire par SunnyBoy
samedi 08 février 2014 14:26
Faudrait pas confondre "Titanic du Nucléaire" avec "Airbus de l?Énergie (renouvelable)" !!! Quand nos gouvernement, de droite comme de gauche, ainsi que toute la Technocratie Française font de leur mieux pour bloquer les énergies renouvelables depuis 20 ans, qui peut bien croire à la fable de l'Airbus de l?Énergie ? Y'en a vraiment marre de cette classe politique qui passe son temps à prendre les électeurs-contribuables pour des demeurés et de cette Nomenklatura Nucléaire prétentieuse qui nous enferme dans une industrie dangereuse qui n'a aucun avenir. Ici un article sur la (vraie) révolution énergétique qui se prépare partout: http://grist.org/climate-energy/solar-panels-could-destroy-u-s-utilities-according-to-u-s-utilities/
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...