Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Le magazine bimestriel Alger-Paris est consacré aux relations économiques, politiques et culturelles entre la France et l'Algérie. Il est publié par le groupe AllContents,...

L'Algérie veut doubler sa production de gaz et de pétrole


jeudi 20 mars 2014

L'Algérie veut doubler « d'ici quelques années » sa production d'hydrocarbures, en s'appuyant notamment sur le développement des gaz de schiste. Pour cela, elle a lancé un appel d'offres sans précédent.


Dans une interview au magazine AlgerParis, Youcef Yousfi, ministre algérien de l'énergie (et depuis quelques jours Premier ministre par intérim), estime que le sous-sol algérien a d'énormes potentialités et reste insuffisamment exploré.
(Extraits)

M. Youcef Yousfi - Notre démarche, c'est intensifier notre effort d'exploration, par nos moyens et aussi en partenariat.  En 2013, Sonatrach n'a jamais effectué autant de forages d'exploration. Le nombre et l'importance des découvertes réalisées nous confortent dans notre conviction que l'exploration de notre domaine minier a des perspectives prometteuses. Ces résultats viennent renforcer notre capacité à renouer avec la croissance de la production d'hydrocarbures à moyen terme.

A plus long terme, une autre filière sérieuse pour augmenter notre production  est l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

Bien  sûr, cela nécessitera des investissements considérables. Mais la loi sur les hydrocarbures, amendée en 2013, a été conçue pour apporter des améliorations en termes de rentabilité des projets pour les investisseurs et en termes de facilitations dans l'exécution des contrats. Nous venons d'ailleurs de lancer un appel à la concurrence dans le cadre de cette loi et nous sommes confiants : les nouvelles dispositions ne manqueront pas de susciter un intérêt de la part des sociétés pétrolières internationales.

AlgerParis - Vous avez effectivement lancé 31 appels d'offres, un chiffre sans précédent. Une concertation approfondie est prévue cet été et les résultats seront connus à l'automne. Mais votre dernier « round » d'appels d'offres avait été loin d'être un succès. Dans leurs arbitrages mondiaux, les grandes compagnies se sont quelque peu retirées de votre marché...

Les compagnies internationales ne sont jamais parties. Nous avons des dizaines de sociétés qui travaillent en Algérie. Je pense qu'avec les avantages que nous avons introduits dans la loi et avec le fait qu'on ouvre un domaine minier nouveau, sur des gisements classiques et non conventionnels, nos partenaires seront incités à venir travailler avec nous. Je suis optimiste, mais quel que soit le résultat, nous allons continuer nos efforts.

(...) Nous avons la chance d'avoir de très grandes ressources en matière de pétrole et gaz, qu'ils soient compacts ou de schistes. Je ne vois a priori aucune raison de ne pas les exploiter, si l'on fait très attention à l'environnement et à la question de l'eau, que l'on exagère d'ailleurs.

Certaines études internationales laissent penser que l'Algérie dispose de la 3eme réserve mondiale de « gaz de schiste », après la Chine et l'Australie, mais devant les Etats-Unis. Le confirmez-vous ?

Nous avons lancé depuis quelques années, avec certains de nos partenaires, des études pour mieux préciser le potentiel de ce type d'hydrocarbures. Les résultats de ces études sont assez concluants, avec la confirmation de la présence de deux roches mères, dont les étendues sont très importantes. Nous avons identifié un potentiel de réserves techniquement récupérables pour le gaz d'environ 28.000 milliards de m3, ainsi qu'une dizaine de milliards de barils de pétrole qu'il conviendrait d'exploiter. C'est un potentiel très important qui classe  notre pays parmi les premiers du monde.

En termes de perspectives, notre objectif est d'arriver à doubler notre production d'ici quelques années. Nous sommes convaincus que le domaine minier algérien offre d'énormes potentialités et qu'il reste insuffisamment exploré.
Je signale également que nous avons l'intention de développer la recherche offshore dans toutes les régions côtières de l'Algérie.

                                                                                            Le nucléaire aussi

AlgerParis - Cette ambition forte dans les hydrocarbures n'apporte pas de solution à la question souvent posée de la diversification de vos sources d'énergie, donc à ce qu'il est convenu d'appeler la transition énergétique...

Je ne le pense pas. Il va de soi que les hydrocarbures représentent encore pour un moment une part importante du mix énergétique national. Mais nous avons mis en oeuvre des programmes qui permettront de le diversifier progressivement. Dans la production d'énergie électrique, qui repose aujourd'hui quasi exclusivement sur le gaz naturel, les premières actions concernent les énergies renouvelables (solaire, éolien et aussi géothermie) et nous tablons sur une contribution à l'horizon 2030 qui tournerait autour du tiers de la production nationale d'électricité, soit une capacité de  12.000 à 15.000 MW. Nous travaillons aussi à introduire d'autres sources, telles que le nucléaire à plus long terme.

Comme première étape, nous avons créé un institut de formation de techniciens  et d'ingénieurs. Et nous attendons une grande coopération avec la France, notamment dans le secteur de la nouvelle génération de réacteurs.

Réagissez à cet article
 (2) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
2 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
dimanche 23 mars 2014 08:02
L'énergie produite localement correspond à une rente. Au plus on produit, au plus on s'enrichit. Tout le problème consiste à bien utiliser cette rente; cela peut correspondre à la malédiction du pétrole. En France, nous avons une rente, c'est le nucléaire; nous refusons de l'utiliser. Tant pis pour nous.
[2]
Commentaire par carlino
vendredi 11 avril 2014 17:43
..oui la demande augmente c'est normal avec les écologistes EELV et le green business ...le couple éoliennes / centrales a gaz ça marche plein tube !!!! ...plus de CO2 , les prix qui grimpent , de l'export a perte ...on va pas aller loin avec ça ...trop c....
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Le magazine bimestriel Alger-Paris est consacré aux relations économiques, politiques et culturelles entre la France et l'Algérie. Il est publié par le groupe AllContents,...

Lire la suite

Du même auteur