Participez aux débats sur l'énergie de demain

EDF se dote d'équipes de "pompiers du nucléaire"


lundi 04 mai 2015

Semi-remorques, camions plateaux, camions grues : la FARN, destinée à intervenir en quelques heures en cas d'accident grave sur un site, termine sa mise en place et comprendra 300 membres à la fin de l'année.


Voir l'article complet sur le site L'énergie en questions

Le séisme et le tsunami ayant entraîné l'accident nucléaire de Fukushima ont poussé les gouvernements et les exploitants du monde entier à renforcer les procédures de sûreté nucléaire face au risque de catastrophe naturelle.

En France, EDF a décidé, en accord avec l'ASN, de prendre plusieurs mesures complémentaires. Parmi ces mesures, la création de la Force d'Action Rapide du Nucléaire (FARN), une unité préparée à faire face à toutes les situations et spécialisée dans la conduite, la maintenance, la radioprotection et la logistique nucléaire.

Le déploiement de cette force spéciale vient de franchir une nouvelle étape avec la fin d'un chantier de six mois : les effectifs basés sur le site de Paluel peuvent désormais utiliser leur nouvel espace de stockage et d'entretien. Ce nouvel espace, qui a nécessité un investissement de 920.000 euros, abritera 11 véhicules : 2 semi-remorques portes chars de 44 tonnes, 3 camions plateaux de 32 tonnes, 2 camions-grues et 4 pick-up 4×4.

Les "pompiers du nucléaires" sont formés pour intervenir en moins de 12 heures sur les centrales nucléaires de la façade de la Manche (Flamanville, Penly, Gravelines et bien évidemment Paluel).
La construction d'un second bâtiment, destiné à accueillir d'ici fin 2016 les bureaux des membres de la FARN et du management, est d'ores et déjà planifié.

Des équipes pour des scénarios extrêmes

La FARN, qui complète les dispositifs déjà existants (le Plan d'Urgence Interne, qui est déployé par l'exploitant, et le Plan Particulier d'Intervention, mis en place par les pouvoirs publics), a pour objectif d'être déployé en moins de 24 heures sur n'importe quel site nucléaire français, en cas d'accident majeur .

Concrètement, il s'agit pour EDF de disposer d'une équipe de spécialistes du nucléaire, capables d'apporter un soutien logistique (moyens autonomes de réalimentation en eau, en air et en électricité) et une capacité d'appui aux équipes d'exploitation d'une centrale confrontée à des "scénarios extrêmes" (rejets radioactifs, fusion du coeur nucléaire?).

Les équipes de la FARN sont donc composées de 14 agents EDF volontaires, dont les compétences recouvrent l'intégralité des corps de métier présents dans une centrale nucléaire. Une fois sélectionnés, formés et qualifiés (obtention du permis poids lourds, mise en condition avec des exercices grandeur nature?), les "équipiers" poursuivent leur activité professionnelle à mi-temps et consacrent l'autre moitié de leur temps à leur entraînement.

En investissant quelques 150 millions d'euros dans la création de cette force d'action rapide, EDF devient le premier exploitant au monde à se doter d'une force spéciale complémentaire à son dispositif de gestion classique de la sûreté. La FARN, dont les 3 autres bases sont situées à Civaux (Vienne), Dampierre (Loiret) et au Bugey (Ain), devrait compter 300 membres (dont 70 à Paluel) d'ici la fin de l'année.
Réagissez à cet article
 (4) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
4 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Benj
mercredi 06 mai 2015 00:26
Voilà qui ne vas alléger le coût du kWh nucléaire - et encore, on sait toujours pas combien de centaines de milliards va nous couter le démantèlement de la centaine de réacteurs qu'on a construits sans se poser la question !
[2]
Commentaire par un physicien
mercredi 06 mai 2015 09:58
@ Benj Consultez Wikipedia à "centrale nucléaire de Maine Yankee" "Le démantèlement a été accompli de 1997 jusqu'en 2005 ... Le coût du démantèlement a été chiffré au total à 568 millions de dollar ... Ce cout fait maintenant la référence pour le démantèlement des PWR de grande puissance et a été retenu par EDF pour le parc nucléaire français.
[3]
Commentaire par papijo
mercredi 06 mai 2015 14:05
@Benj - Vous devriez plutôt vous réjouir qu'EDF qui n'a jamais connu de cas d'irradiation grave dans ses centrales nucléaires renforce ses moyens de secours. A l'inverse, j'espère que vous êtes d'accord avec moi pour déplorer que des entreprises ne fassent rien pour mettre en garde les consommateurs contre les risques associés à leurs produits. Un exemple: 13 morts, rien qu'en Europe, entre 2002 et 2011 occasionnées par des intoxications au CO dans des stockages de granulés de bois (il s'agit ici uniquement du stockage, les accidents dûs aux poêles / chaudières sont en plus), contre aucun mort pour le nucléaire qui fournit tout de même beaucoup plus d'énergie. Quelles informations sur les dangers sont communiquées par les vendeurs d'équipements ou l'ADEME: aucune, ça pourrait faire baisser les ventes ! (le principe de précaution s'arrête là où commencent les intérêts des écolo-entrepises). Source: Brochure INRS
[4]
Commentaire par MatiasP
mardi 29 août 2017 13:52
L'incident de Fukushima a bouleversé tout le secteur nucléaire dans le monde et EDF n'est pas en marge.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...