Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Léa-Sarah Goldstein, journaliste, collabore à "la chaîne Energie".Léa-Sarah Goldstein a 26 ans. Après une classe préparatoire de Lettres Supérieures au Lycée Paul Valéry de Paris, puis,...

Le conteneur, nouveau modèle d’habitat durable


vendredi 18 décembre 2009

Des architectes danois mettent les pieds dans le plat et posent le principe suivant: Copenhague regorge de conteneurs industriels, dont nul ne sait que faire. Alors, pourquoi ne pas en faire des logements recyclés et recyclables, respectueux de l'environnement?


Pourriez-vous vivre dans un conteneur ?

Alors que les négociations de la COP 15 s’enlisent à Copenhague, les architectes danois du MAPT ont érigé un bâtiment qui fait sensation dans la capitale danoise, car composé d'un ensemble de vieux conteneurs marchands empilés en guise de blocs de construction. Cet immeuble 100% recyclé, est l'hôte d'une exposition interactive sur la durabilité urbaine, appelée Nordhavn : ses structures, intérieures et extérieures, sont intégralement bâties à partir de matériaux récupérés, de l’industrie éolienne et d’ailleurs, comme le bois. Ces constructions, qui ont plutôt vocation à se développer dans des villes portuaires (comme Copenhague), ont, depuis quelques années, le vent en poupe : ceux qui connaissent Amsterdam ont pu y observer le développement de ce types de bâtiments pour désengorger les résidences universitaires surchargées. En France, ont commence également à réfléchir à cette possibilité, qui permettrait (temporairement) de compenser le manque de logements sociaux.

L’avantage des immeubles-conteneurs est avant tout financier : les coûts de construction sont quasi inexistants, ou du moins, négligeables par rapport aux bénéfices potentiels de location (sans compter le fait que renvoyer des conteneurs à leur point d’origine coûte très cher), mais pas seulement. Ils confèrent également des avantages environnementaux : peu ou pas d’émissions de CO2 liées à la construction, et, bien évidemment, le bénéfice de la nature recyclée des matériaux, qui limite la production de déchets. Seul hic, l’isolation. Comment rendre efficaces énergétiquement des conteneurs qui n’ont pas vocation à servir de logement ? Pour les architectes danois, cette contrainte pourrait être rapidement dégagée par quelques modifications assez simples qui transformeraient les conteneurs en véritables maisons passives. De plus, à la différence des maisons classiques, les conteneurs permettront à son acquéreur de choisir la forme de son habitat, ces cubes offrant de nombreuses possibilités d’assemblages.



Via Deezen






Le plus grand bâtiment solaire du monde


La Chine détient dorénavant le titre du plus grand immeuble solaire au monde, grâce à l’inauguration récente d’un amphithéâtre à Dezhou, dans la province de Shangdong au nord-ouest du pays. Ce complexe de 75 000 m2, destiné à plusieurs usages : lieu d’exposition, de conférence et futur centre de recherche, est alimenté en énergie uniquement par ses panneaux photovoltaïques. Le design du bâtiment, largement inspiré d’un cadran solaire, soulignerait, d’après les autorités chinoises, "l’urgence de trouver des sources d’énergie renouvelables pour remplacer les combustibles fossiles".  Autres caractéristiques : le plus grand bâtiment solaire du monde est habillé de toits verts pour l’isolation, et aurait nécessité seulement 1% des tonnes d’aciers utilisées pour le nid d’oiseau des JO…

Plus d’infos, rendez-vous sur les sites Ecofriend et Inhabitat


Tous les jardins sont-ils rentables énergétiquement ?


L’application Internet IMBY, contraction de in my backyard (dans mon jardin), proposée par le National Renewable Energy Laboratory (NREL) des Etats-Unis, permet de calculer le potentiel énergétique des jardins des citoyens américains. Son but : calculer le rendement énergétique de l’installation de panneaux photovoltaïques ou de petites d’éoliennes, en se basant sur la technologie offerte par les Google Maps (cartes satellites). Bien que cette application soit de prime abord assez sophistiquée, elle est en fait très simple d’utilisation : une fois sur la page dédiée, l’utilisateur doit simplement entrer son adresse et choisir le type d’énergie renouvelable désiré (solaire ou éolien). S’il choisi l’option solaire, il peut dessiner ses futurs panneaux, ajuster leurs tailles et définir leurs angles de réception. Ensuite, le moteur de recherche calcule la viabilité des plans, et donne leur capacité de production énergétique. Pour l’éolien, le système ne semble pas encore tout à fait en place, se développera dans les semaines à venir.

Via Treehugger

L’éolienne hype et familiale de Philippe Starck


L’année dernière, le créateur Philippe Starck avait opéré une annonce fracassante en déclarant qu’il allait mettre en vente, dès 2009, des éoliennes familiales à prix abordable. Attendues initialement pour le début de l’année, ces éoliennes tendances fabriquées par l’italien Pramac, devraient être commercialisées très bientôt. Distribuées par Windeo, ces éoliennes de 1000 watt et leurs petites sœurs de 400 et 150 watt, seront en vente à partir de 400 euros et ne devraient mesurer seulement que de quelques mètres à une centaine de mètres.

En savoir plus sur les conditions d’installation, cliquez ici








Le parking sans fil


Et si des capteurs intelligents nous permettaient de savoir où nous garer?  A San Francisco, cette perspective pourrait devenir réalité. Elle est en tout cas à l'essai : grâce à son téléphone mobile, un automobiliste peut recevoir, en temps réel, des messages (mails) envoyés par des capteurs, qui lui indiquent où il peut se garer, en le dissuadant, le cas échéant, de prendre sa voiture. Si ce système fonctionne, cela sera même bon l’environnement !


Via Good



PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !