Participez aux débats sur l'énergie de demain
Contribution sous : L'EXPANSION - LA CHAINE ENERGIE >> Prospective

La coopérative énergétique : consom’acteur de demain ?


jeudi 21 février 2013

Comment permettre aux consommateurs individuels de négocier leur approvisionnement en électricité, comme le font les entreprises industrielles ? En les regroupant en coopératives.


Cet article a remporté le premier prix du concours "Génération Energies", décerné par L'Expansion, SIA Partners et RTE.


Mehdi Alaoui, 22 ans, et Olivier Vu Dac, 23 ans, soint étudiants à l'Ecole Centrale de Paris.





La réussite de la transition énergétique dépendra fortement de l'amélioration de l'efficacité énergétique et des économies d'énergie en général. Mais quel consommateur individuel peut aujourd'hui se targuer d'être un réel acteur du marché de l'électricité, et de participer aux économies globales d'énergie en optimisant sa consommation ? L'objectif européen des "3x20" ne pourra être atteint sans la mutation de ces consommateurs particuliers (qui représentent avec le secteur tertiaire 68% de la consommation finale d'électricité) en consom'acteurs, à travers une prise de conscience collective et une capitalisation de leurs efforts individuels.

Actuellement, les consommateurs individuels n'ont pas à leur échelle la possibilité de jouer un véritable rôle dans les échanges d'électricité. À la fois peu informés sur les possibilités d'optimisation et limités par leurs petites consommations, ils se contentent d'utiliser le tarif réglementé individuel (tarif bleu), gage de sécurité.

Les industriels, en revanche, sont parfaitement conscients du pouvoir de négociation que leur confèrent leur électro-intensivité et leur capacité d'effacement. Ils peuvent ainsi optimiser leurs consommations et leurs dépenses, en les répartissant entre les contrats gré à gré, le tarif réglementé industriel (tarif vert) et les marchés spot ; et participer de fait à l'optimisation du réseau. Se pose donc la question : comment permettre au consommateur individuel d'optimiser sa consommation à la manière de l'industriel, et d'interagir avec le réseau et le marché de l'énergie en tant qu'acteur ? Le regroupement à l'échelle locale des consommateurs individuels, au sein de coopératives énergétiques, leur permettrait d'adopter un comportement d'agent économique rationnel et à participer aux économies d'énergie jusqu'au niveau structurel. Nous avons donc étudié le gain financier potentiel, principal levier d'incitation pour les particuliers, en fonction de la taille d'une telle coopérative et des types de consommateurs.
































Afin de dimensionner l'électro-intensivité d'une telle coopérative, nous avons utilisé les données de consommation de plus de 4000 logements sur deux ans, au pas demi-horaire, recueillies par le régulateur irlandais. La première étape fut de calculer le coût pour chaque client au tarif régulé bleu (option base ou HP/HC) en prenant en compte l'abonnement annuel, les consommations et les taxes (CSPE, CTA, TCFE, TVA). Nous avons ensuite constitué des échantillons statistiques de consommateurs afin de simuler le profil agrégé d'une coopérative énergétique. Nous avons appliqué la tarification verte (base option A5) à ces coopératives afin de constituer une facture collective annuelle, redistribuée ensuite au prorata des consommations de chacun. Ceci nous a permis de déterminer le gain annuel entre les deux modes de tarification pour chaque membre de la coopérative. La figure suivante présente les économies réalisées pour un exemple de coopérative :




















L'économie réalisée en moyenne est de l'ordre de 30%. Bien qu'amené à disparaître, le tarif vert fournit l'ordre de grandeur des économies potentiellement réalisables. Idéalement, une coopérative pourrait naviguer entre le tarif vert, les contrats gré à gré et le marché, et ainsi réaliser des économies plus conséquentes.

La coopérative énergétique, union  locale au fonctionnement démocratique, représenterait un point de livraison unique pour les fournisseurs et conférerait un poids de négociation bien plus important aux consommateurs. De telles coopératives permettraient aussi de sensibiliser les consommateurs à l'influence de leurs consommations réunies sur les dépenses énergétiques globales ; et de parvenir à l'acceptation sociale et à la mise en place d'une intelligence énergétique au niveau du secteur résidentiel. Des comportements vertueux, encouragés par la tarification horaire, entraîneraient une sécurisation du réseau. Ils permettraient d'améliorer sa gestion et son pilotage, ce qui profiterait à la fois au GRT, aux GRD et aux usagers. Ils réduiraient notamment les pointes de consommation, ce qui aurait une influence déterminante sur le dimensionnement du parc de production.

Les économies réalisées, en partie dues à la réduction du coût d'acheminement de l'électricité, serviront en premier lieu à couvrir les frais de gestion et de facturation ainsi qu'à financer l'entretien et la maintenance du réseau local de distribution. La question de la gestion de ce réseau local par les coopératives fait apparaître un frein potentiel à leur développement, puisqu'elle remettrait en cause les contrats de concession traditionnellement attribués à ERDF en France. Le maintien des dispositifs de péréquation tarifaire nécessiteraient une évolution du cadre juridique et peut-être du TURPE. De même, une structure juridique adaptée aux coopératives énergétiques, actuellement inexistante, devra être créée. Une fois ces obstacles levés grâce à une volonté politique et sociale, aucune barrière technique ne pourrait entraver le développement de telles coopératives. Les économies restantes après la déduction des frais pourront se répartir entre diminution du coût individuel et investissements réalisés collectivement. Subvention-nées par les pouvoirs publics, les coopératives énergétiques permettront d'améliorer l'efficacité énergétique, de développer la production locale d'électricité basée sur des énergies renouvelables, voire d'intégrer des solutions innovantes telles que le stockage d'énergie ou l'effacement.

Un effort collectif, de la part des particuliers comme des pouvoirs publics, devra être fourni afin de parvenir à la mise en place de coopératives énergétiques. Mais le regroupement à l'échelle locale qu'elles permettraient d'opérer serait bénéfique à tous les acteurs et indispensable pour atteindre les objectifs de la transition énergétique.


SOURCES

Généralités
[1] CRE, Observatoire des marchés de l'électricité et du gaz, 3ème trimestre 2012.
[2] CRE, Délibération de la Commission de régulation de l'énergie du 28 juin 2011 portant avis sur le projet d'arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l'électricité.
[3] H.BOUDESOCQUE, Prospective d'évolution de la consommation électrique domestique à l'horizon 2030, Mars 2011

Données statistiques de consommation individuelle d'électricité
[4] ISSDA, Smart Meter Electricity Trial data, 2009/2012, 4000 Irish Households, Disponible sur http://www.ucd.ie/issda/data/commissionforenergyregulation/
[5] CER, Electricity Smart Metering Customer Behaviour Trials Findings Report, 16th May 201, CER11080a
[6] THE RESEARCH PERSPECTIVE LTD, Manifest of the Smart Meter Electricity Trial data, 12-03-2012

Calcul consommations/abonnement HT (Tarif bleu et vert)
[7] MINISTERE DE L'ECOLOGIE ET DU DEVELOPEMENT DURABLE, Arrêté du 20 juillet 2012 relatif aux tarifs réglementés de vente de l'électricité, JORF n°0169 du 22 juillet 2012 page 12068 texte n° 7
[8] EDF, Période tarifaire, Disponible sur  entreprise.edf.com

Droit sur l'accès aux réseaux, domaine de tension, calcul TURPE/CTA
[9] CRE, Règles tarifaires pour l'utilisation des réseaux publics d'électricité (en vigueur à compter du 1er août 2012)
[10] CRE, Délibération du 24 mai 2012 portant application des règles tarifaires pour l'utilisation des réseaux publics d'électricité, JORF n°0136 du 13 juin 2012 page texte n° 75
[11] MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, Décision du 5 juin 2009 relative aux tarifs d'utilisation des réseaux publics de transport et de distribution d'électricité,  JORF n°0140 du 19 juin 2009 page 9981 texte n° 17

Calcul CSPE
[12] L'ASSEMBLEE NATIONALE ET LE SENAT, LOI no 2011-900 du 29 juillet 2011 de finances rectificative pour 2011, JORF n°0175 du 30 juillet 2011 page 12969 texte n° 1

Calcul des TCFE
[13] EDF, Evolution des TLE, Janvier 2011, Disponible sur entreprise.edf.com

Exeltium, « coopérative énergétique » d'industriels
[14] MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE, Décret n° 2011-554 du 20 mai 2011, JORF n°0118 du 21 mai 2011, Texte n°47
[15] MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, Le dispositif pour les électro-intensifs, Mai 2012, Disponible sur www.developpement-durable.gouv.fr
[16] L'USINE NOUVELLE, Exeltium : les industriels livrés par EDF dès le 1er mai, Mars 2010

Initiatives belges de groupement d'achat d'électricité et gaz pour les particuliers
[17] WIKIPOWER, Achats groupés Wikipower, wikipower.be
Par
Réagissez à cet article
 (5) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
5 commentaire(s)
[1]
Commentaire par jo73
vendredi 22 février 2013 10:21
Cette solution très utopique car la gestion d'un réseau par une coopérative va générer de multiples problèmes, ne serait ce que sa taille qui s'écarte énormément de l'optimum économique pour gérer un réseau, est basée sur une simple négociation commerciale. Pas de réelle économie à la base et surtout la remise en question de cette fameuse péréquation tarifaire qui fait qu'une ferme isolée bénéficie du même tarif qu'un logement situé en ville. Si les citadins sortent du système, celui-ci s'écroule et plus personne ne pourra ou ne voudra desservir les campagnes ou alors à un prix exhorbitant. Il y a dans le système actuel ce principe de solidarité souvent méconnu mais, me semble-t-il, à ne pas négliger.
[2]
Commentaire par Bobby
vendredi 22 février 2013 12:09
Oubli complet du principe des économies d'échelle et de la notion de monopole naturel ; on remplace une entité unique capable de réaliser des synergies par des entités éclatées globalement plus coûteuses. C'était le système français d'avant 1946, qui a montré son inefficacité.
[3]
Commentaire par Gépé001
vendredi 22 février 2013 18:00
Cela me rappelle mes débuts à EDF ou pendant toute ma carrière j'ai participé à des travaux pour optimiser la production d'énergie,depuis la vente au prix marginal,la normalisation du matériel et des schémas,etc,etc...J'ai l'impression que l'on recherche à défaire ce qui existe grace au monopole et à la nationalisation.Ce débat me passionne!Bravo pour les élèves de l'école centrale
[4]
Commentaire par Christophe
mercredi 27 février 2013 16:34
Et si la péréquation tarifaire ne valait que pour le TURPE ? C'est implicitement le postulat de l'article, non ?
[5]
Commentaire par Frédéric-D
vendredi 05 avril 2013 09:53
L?optimisation d?énergie 3D Certaines entreprises ont parfois une vision unidimensionnelle. Elles considèrent simplement l?énergie comme un coût inévitable inhérent à leur activité ; la seule perspective qu'elles ont de contenir ce coût consiste à réduire la quantité consommée. Terawatt s?efforce de leur donner une vision plus large en fournissant des réponses au défi de la maîtrise de l?énergie dans un cadre tridimensionnel: moins, moins cher et mieux. Une partie de l?énergie consommée sur un site de production est utilisée pour un usage général comme le chauffage, la climatisation par exemple. Elle ne se trouve donc pas liée à un processus ou à une activité de production spécifique mais rentre pourtant en compte dans la facture énergétique consommée par l?entreprise. De surcroît, le poste de consommation d?énergie de loin le plus important sert à alimenter les machines, pour transformer des matières premières en produits intermédiaires ... Grâce à la « détection d?état énergétique en temps réel » breveté de Terawatt, l?entreprise va utiliser de façon efficace son énergie. Le responsable de site modifiera les façons de travailler et les programmes de manière à rendre son utilisation plus productive et moins énergivore. C?est la carte du « génome énergétique » que Terawatt lui fournit qui trace la demande énergétique de ses installations. Elle lui permet de détecter grâce à l'analyse des données et aux conseils de nos spécialistes les améliorations possibles ainsi que
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...