Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Président FioulReduc.com
Auteur
Guillaume Bort a travaillé pendant plus de 10 ans dans le conseil en stratégie. Il a ainsi accompagné les plus grandes entreprises européennes du secteur énergétique dans la définition de nouveaux modèles...

Surveiller le prix du fioul permet des économies


jeudi 22 mai 2014

Les prix du gaz et de l'électricité font souvent la "une". On parle moins du prix du fioul domestique : or il fluctue fortement et la stratégie d'achat peut permettre des économies notables.


Le fioul domestique est la 3ème énergie de chauffage et  permet à 10 millions de français de se chauffer. Contrairement au prix du gaz ou de l'électricité, le prix du fioul évolue chaque jour en fonction du baril de pétrole et selon l'offre et la demande de combustible de chauffage.

Suivre son évolution régulièrement (voir le site fioulreduc qui donne le taux quotidien), anticiper les hausses possibles et procéder à l'achat groupé entre consommateurs, une habitude qui se développe, sont autant de pratiques simples qui permettent à l'année des économies pouvant atteindre plusieurs centaines d'euros.

Comme depuis 4 mois, le prix moyen mensuel du fioul fourni par la DGEC, est orienté à la baisse. Selon les relevés hebdomadaires de la Direction Générale de l'Energie et du Climat, le prix moyen du mois d'avril est de 878 euros pour une commande de 1000 litres de fioul ordinaire, soit pour la même quantité, une baisse de 6 euros par rapport au mois de mars et une baisse de 45 euros par rapport au mois d'avril 2013, soit près de 5%.






Lié au prix du pétrole, le prix du fioul peut être influencé par les événements géopolitiques. La tension en Ukraine et les sanctions occidentales envers la Russie, source majeure d'approvisionnement pour l'Europe, peuvent jouer défavorablement. A l'inverse, la production mondiale de pétrole demeure à un niveau très élevé et le niveau des stocks de brut a atteint un nouveau sommet. La bonne santé de la production américaine de pétrole continue de sur-alimenter le marché mondial, ce qui contient la hausse du prix du baril. En parallèle, les besoins en chauffage ont encore diminué alors que la "driving season" avec l'arrivée des beaux jours n'a pas encore démarré, d'où une consommation mondiale restreinte qui fait chuter le prix du pétrole.

La météo est aussi un facteur déterminant.
Le mois d'avril 2014 s'établit comme l'un de mois d'avril les plus doux depuis une vingtaine d'années avec une température moyenne plus de 2 degrés au-dessus de la normale saisonnière, très peu de températures basses et des précipitations très rares partout en France. A l'inverse, la météo du mois de mai apparait plus fraîche et instable.




Livraisons de fioul en avril 2014

La taille moyenne des livraisons a augmenté en avril 2014. On remarque que de plus en plus de consommateurs ont profité du prix très bas pour reconstituer leur stock de combustible en prévision de l'hiver prochain. La quantité moyenne des livraisons est de 1245 litres en avril alors qu'elle était de 1137 litres en mars et 1086 litres en février de la même année.

La part de groupements dans les commandes a elle aussi progressé au mois d'avril. Une tendance qui prend de l'ampleur dans les comportements d'achat de fioul domestique des français, notamment grâce aux outils disponibles sur Internet. Phénomène qui s'accentue avec les beaux jours, les consommateurs de fioul commandent moins dans l'urgence et prennent plus de temps pour organiser leur commande avec leurs voisins. La part des groupements dans les commandes est de 6,2% en avril, contre 5,6% en mars et 4,8% en février de la même année.




(1) Sources : Direction Générale de l'Energie et du Climat (DGEC) (2) Source : Analyses FioulReduc à valeur indicative (3) Source : www.infoclimat.fr (4) Source : Météo France (5) Source : Enquête de satisfaction administrée par Ekomi, organisme indépendant de collecte d'avis client 
Réagissez à cet article
 (1) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
jeudi 22 mai 2014 21:41
Il serait intéressant d'avoir une comparaison de l'évolution du prix de différentes formes d'énergie et du cout du travail, depuis 50 ans par exemple. Il faudra faire intervenir l'évolution des rendements de l'utilisation (transports, chauffage...).Je pense que le cout du travail à évoluer 4 fois plus vite que le prix de l'énergie.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Guillaume Bort a travaillé pendant plus de 10 ans dans le conseil en stratégie. Il a ainsi accompagné les plus grandes entreprises européennes du secteur énergétique dans la définition de nouveaux modèles...

Lire la suite