Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - SIA-Conseil "Energies et Environnement"

Auteur
Sylvain Le Net est un collaborateur de SIA-Conseil "Energies et Environnement"

Après les gaz de schiste, voici les hydrates de méthane...


mardi 08 novembre 2011

On dit souvent que le monde va vers un "age d'or du gaz". Les hydrates de méthane représenteraient 2 à 10 fois les réserves mondiales de gaz conventionnel.


Au-delà des gaz de schiste qui alimentent régulièrement la polémique du fait de leur exploitation potentiellement dommageable pour l'environnement, notre planète recèle d'autres gisements étonnants de gaz non conventionnel.

Entres autres, les hydrates de méthane, présents sous les mers, concentrent des quantités de gaz naturel potentiellement beaucoup plus importantes que les gisements de gaz conventionnel.


Les hydrates de méthane sont des poches de gaz naturel confinées dans des cristaux de glace. Ceux-ci se forment à haute pression et basse température. On les trouve sous les océans dans les bassins sédimentaires ou sous le permafrost des cercles polaires. Le gaz présent dans cette glace se trouve à haute concentration : environ une molécule de gaz pour moins de six molécules d'eau. Ramené à la pression atmosphérique, cela représente un volume de 168 mètres cube de gaz pour 1 mètre cube d'hydrate de méthane.

Des enjeux énergétiques et économiques importants

Les réserves d'hydrate de méthane représenteraient 2 à 10 fois les réserves mondiales de gaz conventionnel s'élevant à 190 milliards de mètres cubes. Au rythme actuel d'extraction de gaz naturel, cela représenterait 140 à 700 ans de production. Cette estimation est toutefois à contraster puisque tous les gisements n'auront pas nécessairement une dimension suffisamment importante pour permettre une exploitation commerciale rentable. La rentabilité de leur exploitation est d'ailleurs très difficile à évaluer puisque les techniques d'exploitation sont encore au stade expérimental.

Cartep


Carte des gisements potentiels dans le monde

Parmi les régions pouvant accéder aux hydrates de méthane, le Japon parie sur cette ressource pour faire face à ses besoins énergétiques et diminuer sa dépendance vis-à-vis des importations. L'isolement de l'archipel le rend fortement dépendant aux importations de gaz naturel liquéfié, représentant quasiment son unique source d'approvisionnement en gaz naturel. De plus, depuis la catastrophe de Fukushima, les pressions anti-nucléaires poussent dans la direction d'une politique énergétique moins dépendante du nucléaire.

Le Japon pense donc que cette nouvelle source d'approvisionnement pourra alimenter son marché pendant des dizaines d'années. Selon le JOGMEC (Japan Oil, Gas and Metals National Corporation), ses ressources potentielles pourraient assurer son approvisionnement pendant près d'un siècle sur la base des prévisions de consommation du pays. Dans ce contexte, le Japon ouvre la voie et les premiers tests d'extraction devraient être réalisés en mars 2013 pour débuter une exploitation commerciale à plus grande échelle d'ici 2016. Le Japon pourrait ainsi rééquilibrer son mix énergétique (...).

Des risques environnementaux à maîtriser

L'exploitation de ces gisements d'hydrate de méthane est loin d'être sans danger pour l'environnement. Le méthane, le constituant combustible du gaz naturel, a la particularité d'accroître l'effet de serre. Or, du fait de l'instabilité des hydrates de méthane, le risque de faire involontairement remonter de grandes quantités de méthane à la surface jusque dans l'atmosphère est important.

Or le méthane est un gaz à effet de serre dont l'impact potentiel sur l'atmosphère est évalué à 21 fois celui du CO2, sur une durée d'un siècle.

Voir l'article complet sur le site de SIA-Conseil "Energies et Environnement"
3 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Jean-Francois Morf
mardi 08 novembre 2011 22:13
C'est justement les 3 Tera-Tonnes d'hydrates de mthane en train de fondre qui nous causent le rchauffement climatique actuel de 10'000 ans, qui a lieu tous les 100'000 ans. Quand tout a fondu, le climat devient tellement chaud que les ocans se couvrent d'algues jaune-vertes, qui consomment alors le CO2 pendant 90'000 ans, ce qui reconstitue les stocks d'hydrates de mthane au fond des ocans. Le CO2 diminue alors progressivement, jusqu' la prochaine glaciation. Alors les glaciers recouvrent les continents, les ocans deviennent plus denses, et tout d'un coup, la faveur d'un tremblement de terre, les hydrates de mthane remontent flotter la surface, et c'est reparti pour un nouveau rchauffement climatique de 10'000 ans! Googlez en images: glaciation cycles, (5 rchauffements en 410'000 ans) et Googlez ensuite: hydrate de mthane!
[2]
Commentaire par Gp001
mercredi 09 novembre 2011 10:17
Il ne faut pas liminer l'ide que le rchauffement climatiqe peut engendrer un phnomne instable.Il faut rduire les missions de CO2.
[3]
Commentaire par Lonepsi
samedi 12 novembre 2011 18:13
La diffrence aujourd'hui est que l'activit humaine a donn un gigantesque et brutal coup d'acclrateur au processus naturel.
Nous allons dpasser 450 ppm d'quivalent-CO2 ce qui n'a JAMAIS eu lieu depuis 600 000 ans la fois en vitesse et en amplitude.
La vie sur Terre s'adaptera, rien n'est moins sr pour l'humanit.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Sylvain Le Net est un collaborateur de SIA-Conseil "Energies et Environnement"

Lire la suite