Participez aux débats sur l'énergie de demain

Auteur
Ancien élève de l'Ecole Polytechnique (promotion 1981) , Jean-Marc Jancovici a une intense activité de conférencier et de consultant sur les problèmes énergétiques...

Taxe carbone : à 200 euros, il commence à se passer des choses...


jeudi 10 septembre 2009

Parlons vrai ! Peu importe qu'on démarre à 14 euros la tonne, l'important est de savoir comment la taxe carbone va progresser : les 100 euros de Michel Rocard en 2030, c'est seulement la moitié du chemin !


Dans un long article très pédagogique, Jean-Marc Jancovici explique les mécanismes du marché actuel des quotas démission appliqué à cerytains secteurs industriels qui aboutissent à un prix variable de la tonne de carbone, aujourdhui autour de 14 euros- et les mécanismes de ce que serait une taxe carbone, appliquée à tous les citoyens, fixée par lEtat et donc entièrement pilotable par celui-ci.
Voir son texte

Habitué du parler vrai, Jean-Marc Jancovici calcule au passage ce que donnerait une taxe, non pas à 32 ni même à 100 cent comme le préconise le rapport Rocard pour 2020, mais à 200, niveau jugé pertinent par les écologistes.


A ce niveau, « il commence à se passer des choses », note-t-il ! A ceux qui sinsurgent, il rappelle, dans une dernière partie, quil y a une « taxe carbone », dont on parle peu : cest celle payée aux pays exportateurs et dont la facture augmente avec les cours du marché du pétrole, que tout le monde prévoit en forte hausse sur le long terme.

« En bref, quand il s'agit de payer l'Etat français, c'est-à-dire notre cagnotte commune, 30 euros la tonne de CO2 fait sauter tout le monde en l'air, mais quand il s'agit de remplir la poche des pays producteurs de pétrole, nous supportons des montants bien plus élevés sans trop rouspéter ! », écrit Jean-Marc Jancovici. 

 Quest ce que donne une taxe à 200 euros ? (Extraits) 

Si tout le monde est assujetti à une telle taxe, cela renchérit bien évidemment les consommations directes d'énergie (c'est le but, pour les faire baisser ou progressivement les remplacer par autre chose), et par ricochet tout objet ou service qui a été produit avec des combustibles fossiles. Et alors, ca fait cher ? Nous donnons ci-dessous quelques exemples d'augmentation de prix pour une taxe qui s'appliquerait de manière uniforme à tout usage de l'énergie fossile, au prorata du contenu en carbone, et valant 200 euros par tonne de CO2 (nous supposons que si la consommation a lieu hors de France la taxe s'applique aussi).

 Augmentations de prix "instantanées" résultant de la mise en oeuvre d'une taxe carbone à 200 euros la tonne de CO2. Calculs Jancovici :




















On voit donc qu'à ce niveau de taxe il commence à se passer des choses :


- le MWh au charbon double ou triple, et cela rend tout à fait compétitif la capture et séquestration (dont le cout est estimé inférieur à 100 euros a tonne de CO2),

- le prix de la tonne de pétrole double (une tonne de pétrole = 7,5 barils, donc avec un baril à 100 dollars - 70 euros - en ordre de grandeur le prix de la tonne de pétrole est environ de 500 euros), ce qui rend là aussi rentable des dispositifs permettent d'économiser de l'énergie (et va donc inciter des industriels à faire des recherches en ce sens), notamment dans le bâtiment et les transports,

- le prix d'une tonne d'acier triple ou quadruple, et là aussi ce niveau de prix incitera fortement à s'y prendre autrement pour la production (capture et séquestration, réduction du minerai à l'hydrogène, etc) et les quantités consommées,

- le prix d'un billet transatlantique (environ 12.000 km en avion - attention le graphique est pour 5000 km, et environ 500 euros aller-retour en seconde), prend un peu plus de 300 euros de supplément, ce qui exercera une pression à la baisse sur les flux aériens (c'est le but, il ne faut pas s'en cacher, mais encore une fois tout consommer aujourd'hui sans se soucier de demain garantit juste une fin très désagréable ),

- 10.000 km en voiture coûtent 400 euros en plus, soit 80% de hausse sur le poste carburant... mais 15% de hausse seulement sur le budget automobile complet (qui comprend aussi l'achat, l'entretien, l'assurance, et autres bricoles, il ne faut pas l'oublier). Un tel niveau se compensera en levant le pied (15% d'économies !), en prenant un plus petit modèle, et avec des développements techniques des constructeurs (qui ne remplaceront pas demain matin les 30 millions de voiture à pétrole par des voitures électriques )

- 100 m2 chauffés au gaz prennent 1600 euros de plus, hors mesure d'isolation. Il est évident que ce montant, très élevé, mais que l'on verrait venir 15 à 30 ans à l'avance avec une taxe, laisserait quand même le loisir de s'organiser, puisque l'on sait que l'on ne voudra pas payer des sommes pareilles sans réagir.

- sur 1000 euros de service, l'augmentation est de quelques dizaines d'euros. Dit autrement, cette taxe ne menace pas une très large partie de l'activité économique, et en fait plus le prix de l'énergie montera plus une partie de notre consommation actuelle sera remplacée par des services... et ca sera logique !

- notons que même sans inclure le méthane dans l'assiette de la taxe, le kg de boeuf sera plus cher : pour produire un kg de boeuf, il faut un kg d'hydrocarbures.

Avec les exemples ci-dessus, on voit qu'en l'état actuel de la technologie et de la consommation les élévations de prix liés à une taxe peuvent être significatives. Mais... à la différence d'un prix sur le marché, ou même d'un prix d'enchères, la taxe est prévisible, et même pilotable. Une taxe, cela ne prend personne par surprise, même si les taux bougent un peu d'une année sur l'autre : rien à voir avec les variations de prix d'un quota sur le marché, qu'il s'agisse du CO2 ou des hydrocarbures qui en permettent l'émission !

Avec un tel système, plus la population comprend qu'il s'agit d'éviter de s'écharper plus tard, et plus elle accepte de mettre un prix élevé à l'énergie fossile pour son propre bien et celui de ses enfants, et plus on peut élever la taxe, et plus les agents économiques développent des produits "propres.







6 commentaire(s)
[1]
Commentaire par TYLER
jeudi 10 septembre 2009 09:05
impensable...et pourtant.
200 la tonne de CO2 correspond une augmentation de 84.65 le baril de brut.
Avec le baril aujourd'hui 70$ (48) si on ajoute 123.60$ (84.65) le baril de brut revient 193.6$... un prix que nous avons de bonne "chances" de connaitre rapidement. Il est donc impratif d'anticiper, mme si le montant de la CCE est modeste, il faut se fixer la contrainte pour inflchir nos consommations rorienter notre conomie, avant la prochaine claque nergtique.
[2]
Commentaire par alrog
jeudi 10 septembre 2009 09:40
[1/2]

Je ne vois pas comment on peut quantifier l'effet d'une taxe un horizon disons de 10 ans sans prendre en compte le prix du ptrole/gaz cet horizon. L'effet vis (formul en rduction des missions) dpend de
l'lasticit de la demande au prix global, et non pas du poids ou de la part des taxes dans ce prix. Or nos meilleurs conomistes n'ont jamais t capables de prdire le prix du brut un horizon 10 ans... Cf par exemple

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000434/index.shtml

Si l'objectif de la taxe est formul en termes de prix (ex. brut + 'CO2' pour le ptrole), une taxe carbone devient extraordinairement complexe piloter, et peut devenir ngative en cas de forte hausse du brut. Elle cre fatalement des dsquilibres trs lourds entre nergies (ptrole/lectricit) dont les marchs ne fonctionnent pas de manire homogne.

- L'lasticit au prix n'est que trs mal connue pour le ptrole. Elle n'est par construction valuable avec prcision que sous l'hypothse de petites variations du prix (le reste de l'conomie restant peu chang), et non pour des bouleversements importants impliquant la disparition de certains secteurs conomiques. L'lasticit au prix pour l'lectricit est encore plus mal connue.
[3]
Commentaire par alrog
jeudi 10 septembre 2009 09:43
[2/2]

- Les outils conomtriques pour driver des projections/prvisions 10 ans et + sont des simulateurs complexes donnant des rsultats "probabiliss" ne peuvant tre donns au mieux que sous forme de fourchettes, gnralement trs larges. Sur le plan pdagogique, il est dommage de ne pas l'voquer. Que reprsentent les chiffres donns ici? des moyennes?

Pour des raisons stratgiques, la taxe reviendra en partie aux producteurs hydro et nuclaires - bien que ces nergies n'apportent pas une solution au problme de rchauffement global. Une autre partie reviendra... aux producteurs de ptrole qui augmenteront leur prix pour conserver leur recettes, sachant que le montant total des taxes conomiquement supportable est limit.
[4]
Commentaire par Claude Bassard
jeudi 10 septembre 2009 10:48
Vive le mcanisme cliquet !
Votre papier a un grand mrite : la franchise. On met le doigt dans un systme dont on ne sortira plus, qui est le "mcanisme cliquet" que Philippe Sguin avait trs bien dcrit propos de l'Europe. On fait un petit pas, pas grand chose, 14 euros. On en fera un deuxime l'anne prochaine, en montant 30. Puis, l'anne suivante, on monte trs peu mais on introduit un petit quelque chose en plus : 3 euros ne sont plus redistribus. Anne 4, on fait un grand pas et on ne redistribue plus que 60%. etc etc Chaque pas est petit, indolore, mis on ne revient JAMAIS en arrire. Et en dix ans, on se retrouve dans votre monde, celui de la dcroissance, forme nouvelle d'un socialisme qui refuse toujours le mouvement libral et donc le pogrs, et qui s'effondrera comme son premier avatar.
[5]
Commentaire par Olivier - ObjectifTerre
vendredi 11 septembre 2009 17:50
"Parlons vrai !"

Bonne ide Monsieur Jancovici !
Dans cette logique de "vrit", je vous propose de mettre jour les pages de votre site manicore.com sur les nergies renouvelables, notamment celle sur l'olien qui date de 2003. Quelques pistes :

- Potentiel olien de la Chine : une publication majeure dans la revue de rfrence Science
http://www.electron-economy.org/article-35932983.html

- Cinq fois plus dnergie et moins deffet de serre
(avec ou sans nuclaire), Par Franois Lemprire, Polytechnicien et Expert des nergies vraiment renouvelables
http://www.hydrocoop.org/cinq_fois.doc

- Le pompage-turbinage est une technologie parfaite pour les nergies renouvelables, Stephen Chu, prix Nobel de physique, secrtaire d'tat l'nergie, USA - http://www.electron-economy.org/article-34200192.html

- France - Le concept V2G/G2V dbarque au Snat
http://www.electron-economy.org/article-29514621.html

Cordialement

[6]
Commentaire par Olivier - ObjectifTerre
dimanche 20 septembre 2009 20:28
Monsieur Jancovici,

Dans votre article, vous mentionnez un lien vers une page de votre site portant sur la voiture lectrique. Cette page contient des biais et des erreurs non ngligeables. Explications ici (point 27) :
http://www.electron-economy.org/article-36222565.html

Cordialement,
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Ancien élève de l'Ecole Polytechnique (promotion 1981) , Jean-Marc Jancovici a une intense activité de conférencier et de consultant sur les problèmes énergétiques...

Lire la suite

Du même auteur