Participez aux débats sur l'énergie de demain

Par IRIS

Mots clefs : 

climat,

 

europe

usa

COP21

énergie

chiné

climat


Changement climatique : USA et Chine changent de ton


mercredi 11 juin 2014

Barack Obama a envoyé des signaux positifs en matière de climat, tandis que les militaires américains s'inquiètent aussi des conséquences d'un réchauffement. Et la Chine n'est pas complètement insensible.


Par Bastien Alex, chercheur à l'IRIS
Le site de l'IRIS

Les négociations internationales sur le climat ont connu un échec retentissant à Copenhague en 2009, principalement du fait de l'entente entre la Chine et les Etats-Unis pour empêcher la signature d'un accord global juridiquement contraignant. Depuis lors, le processus a connu quelques soubresauts, entretenus par les résultats des dernières conférences sur le climat à Doha en 2012 et à Varsovie en 2013. Certains éléments récents permettent toutefois de tempérer le pessimisme habituel sur ce dossier.

En effet, les Etats-Unis, qui ont toujours eu une posture d'obstruction des négociations en l'absence d'engagements des émergents (Pékin est le premier émetteur de gaz à effet de serre devant Washington depuis 2006), sont en train d'envoyer un ensemble de signaux positifs depuis quelques jours. Libéré depuis sa réélection en 2012 et bloqué, malgré les initiatives de sa diplomatie, sur le dossier israélo-palestinien, Barack Obama semble désormais vouloir porter ses efforts sur le dossier du changement climatique. La conjoncture économique plus favorable liée en partie à l'essor des hydrocarbures de schiste et la survenance d'aléas climatiques majeurs (1) ont rendu l'opinion plus sensible au sujet et renforcé la conviction du président qu'il existait peut être une opportunité pour faire évoluer la position américaine sur le sujet.

Les préoccupations des militaires

L'autre élément à ne pas négliger est l'évolution des militaires américains qui se sont véritablement emparés du sujet depuis quelques années. Les dernières productions du Pentagone (2) ou du Center for Naval Analyses (3) font la part belle aux enjeux sécuritaires liés au changement climatique, considéré comme un multiplicateur de menaces depuis 2007.
Si ce retournement ne fait pas l'affaire d'un parti républicain, d'obédience plutôt climatosceptique et auparavant soutenu par le Pentagone sur ce sujet, cet intérêt des militaires pour le changement climatique est une aubaine pour les partisans d'un engagement américain sur la régulation des émissions de GES.

Dans son récent discours prononcé à l'Académie militaire de West Point, le 28 mai 2014, pointant les enjeux de sécurité liés au changement climatique (« flux de réfugiés et catastrophes naturelles, conflits pour l'eau et l'alimentation »), Barack Obama a fait part de son intention « de s'assurer que l'Amérique soit en première ligne pour soutenir l'élaboration d'un cadre global pour préserver la planète ». « Nous ne pouvons demander aux autres nations de prendre des engagements pour combattre le changement climatique si une partie non négligeable de nos dirigeants politiques continue de nier le phénomène », a-t-il ajouté.

Léger écho en Chine

Cette volonté d'exemplarité s'est illustrée quelques jours plus tard via une déclaration que l'Union européenne attendait depuis bien longtemps : l'annonce d'un projet de réglementation prévoyant la réduction de 30%, par rapport à leur niveau de 2005, des émissions de GES des centrales américaines d'ici à 2030. Cela s'effectuerait par décret afin de contourner l'obstacle que constitue le Congrès (le Sénat bloque le projet de loi sur le réchauffement climatique depuis 2010).

Fait notable, l'annonce volontariste du président américain a eu un léger écho en Chine où un conseiller gouvernemental, He Jiankun, a déclaré, le 4 juin 2014 que le gouvernement soucieux de lutter contre la pollution, envisageait « deux moyens pour contrôler contre ses émissions de CO2 dans le prochain plan quinquennal, en intensité carbone et par leur limitation stricte » (4). Il s'agit de la première déclaration d'un fonctionnaire de haut rang envisageant une limitation des émissions en tant que telle, l'amélioration de l'intensité carbone (rapport du PIB aux émissions) ne correspondant pas automatiquement à une baisse de ces dernières. Si Jiankun s'est empressé par la suite de réduire la portée de ses propos, arguant qu'il ne représentait pas la position du gouvernement mais donnait son avis personnel, il s'agit malgré tout d'un fait nouveau.

La France, qui s'est portée volontaire pour accueillir et présider la conférence en 2015, aura la lourde responsabilité de mener les débats et de donner l'impulsion nécessaire à la signature d'un nouvel accord globalement contraignant.
Lire la suite sur le site de l'IRIS

 (1) Les catastrophes naturelles auraient couté, selon la Maison Blanche, 100 milliards de dollars à l'économie en 2012.
(2) Quadriennal Defense Review, mars 2014.
(3) National Security and the Accelerating Risks of Climate Change, mai 2014.
(4) "China to limit carbon emissions for first time, climate adviser claims", Adam Vaughan and Tania Branigan, TheGuardian.uk, 3 juin 2014.


Mots clefs : 

climat,

 

europe

usa

COP21

énergie

chiné

climat

Réagissez à cet article
  
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !