Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Professeur honoraire au CNAM

Auteur
Professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, Jacques Foos a tenu la chaire de "rayonnements, isotopes et applications", de 1983 à 2008, formant ainsi plusieurs centaines d'ingénieurs...

Non ! Il n'y a pas en France de surcapacité électrique


lundi 28 janvier 2013

Pourquoi veut-on absolument nous prouver qu'il y a trop d'électricité en France ? Pourquoi invente-t-on des "données corrigées" pour le démontrer ? Ne serait-ce pas pour justifier la fermeture de Fessenheim.


 Comme chaque année, le gestionnaire du réseau électrique français RTE a présenté le 9 novembre dernier ses prévisions de l'équilibre offre/demande d'électricité pour l'hiver 2012/2013. RTE s'est voulu confiant, employant un langage politico-écologico-correct pour démontrer que nous avons largement ce qu'il faut pour subvenir à nos besoins électriques.

Ainsi, estime-t-il ce jour-là, « la pointe de consommation pourrait atteindre 84 500 MW (mégawatts) dans le courant de la deuxième semaine de janvier ». Comment peut-on faire des prévisions aussi optimistes, avant l'hiver et alors que, lors de la vague de froid de février 2012, la consommation avait atteint un pic historique de 102 100 MW, le 8 février à 19h ?

Hélas ! Patatras ! Il n'a pas fallu attendre longtemps pour voir la consommation dépasser cette valeur maximale prévue : dès le 11 décembre, la consommation électrique dépassait les 88 000 MW, atteignant même 90 668 MW le 12 décembre. Il faut dire que les températures étaient devenues négatives dans certaines régions françaises. Etonnant, non ?

 Il est certain que les techniciens de RTE font des prouesses, l'hiver, dans les conditions les plus difficiles, pour nous assurer de l'électricité dans toutes les régions, même celles qui refusent l'installation sur leur territoire de centrales quelles qu'elles soient et préfèrent s'appuyer sur la solidarité et la générosité des autres. En revanche, du côté de leurs dirigeants, n'est pas Madame Soleil qui veut, surtout si, en plus, il se met à faire des températures négatives en décembre ! Et le froid a remis ça en janvier 2013. Ainsi, ces deux dernières semaines entre le 14 et le 25 janvier, à l'exception bien sûr des week-ends, on dépasse là aussi largement les 85 000 MW, avec une pointe à plus de 92 000 MW le 17 janvier ! Et l'hiver n'est pas fini : l'an dernier, fin janvier, le pire restait à venir !

De même, à la présentation du bilan 2012, on nous indique que la consommation d'électricité en France (489,5 TWh : térawattheures : milliards de kWh) a augmenté de 2,1 % par rapport à 2011. Mais, attention, comme le souligne le journal Le Monde dans son édition du 23 janvier : « Trompe- l'œil !  De là à y voir un véritable rebond après la chute de près de 7 % affichée en 2011, il y a un pas que ne franchissent pas les dirigeants de RTE. D'une part, ils rappellent que l'année écoulée a été marquée par une vague de froid exceptionnelle. En février 2012, la France, transie, a dû supporter pendant près de quinze jours des températures inférieures de 9,5°C à celles de référence (d'où le record de consommation à plus de 102 100 MW évoqué plus haut). À cet aléa météo, il faut ajouter le caractère bissextile de l'année dernière. Corrigé de ces deux facteurs, le millésime 2012 se traduit par... une baisse de la consommation de 1 %, à 482,9 TWh ».

Avec des "si" ...

Fin de la démonstration. Mais il n'en reste pas moins que nous avons effectivement consommé 489,5 TWh en 2012, le chiffre corrigé est virtuel !

Vive les « données corrigées » ! On pourrait même aller plus loin :
si la température de notre pays, au lieu de faire n'importe quoi, était constante à 20°C, on économiserait plus de 120 TWh sur le chauffage, l'hiver et sur les climatiseurs, l'été. Rappelons que l'hiver, un degré de moins nécessite une puissance supplémentaire de 2 600 MW.
si au lieu d'avoir des mois à 30, 31, 28 jours (et 29 jours tous les 4 ans !), on homogénéisait cela à 12 mois de 30 jours, on ferait encore une économie de 8 TWh.
- si on pouvait aussi aligner la durée de clarté du jour sur celle de l'été, au lieu de voir la nuit s'installer dès octobre vers 17h-18h et ce jusqu'en mars ! On ferait encore des économies.
- si on pouvait aussi allonger la durée des week-ends et des vacances qui sont des périodes moins énergivores, etc. etc...

Bref, avec tous ces "si" on pourrait avoir une baisse de la consommation électrique de près de 30 %. De quoi réjouir tous les opposants au développement de toute source d'énergie quelle qu'elle soit !

Trêve de plaisanteries ! Le message est malheureusement très clair : il faut absolument montrer que notre pays est en sur-production électrique et, comme les chiffres démentent cette affirmation, alors, on fait appel aux « données corrigées ». Tout cela pour satisfaire une poignée d'écologistes anti-nucléaires qui ne manqueront pas d'utiliser dans leur discours cette pseudo surcapacité ! 

Si....si....si.... Avec des si, on mettrait Fessenheim en bouteille !

                                  
Réagissez à cet article
 (20) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limits 1500 caractres)
20 commentaire(s)
[1]
Commentaire par patrig k
lundi 28 janvier 2013 17:41
Avec des "si" ...les G4 pouvaient etre autre choses que du fantasme mine de scientisme .... /////la consommation avait atteint un pic historique de 102 100 MW, le 8 fvrier 19h ? //// Et qu'effectivement RTE avaitdu payer 2000? le MWh , la Suisse sur le march spot , car depuis cro magnon, tous savent que pour moins dpensd'nergie, la peau de bte pour isoler c'est plus conomique ! Et par la grace d'on nesait qui, la production dite de Base et semi est surestime , .... A t-on trouv plusstupide ide, casser des noyaux atomique por faire bouillir de l'eau 320c sous 300 bars, faire tourner alternateur, livrer elec par voie THT et en dfinitif, tout un complexe pour chauffer les passoires btonnes de la bouygues connextion, maintenir 19c ... Des Mines et des pieds nickels .. vous vous etes plants, la facture va vous etre expdie par HUISSIER , payer cash .. Relisez les chiffres RTE ... c'est pas les colos qui le disent bougre d'inflitr !
[2]
Commentaire par Hervé
lundi 28 janvier 2013 22:51
Trs bon article merci.
[3]
Commentaire par Chelya
mardi 29 janvier 2013 00:35
Est-ce qu'on peut considrer a comme une preuve que les nuclocrates sont des paranoaques finis qui voient des complots partout contre leur religion atomique ?
[4]
Commentaire par carlino
mardi 29 janvier 2013 08:57
la souscapacit et surcapacit devriendra surtout saisonnire, il me semble car nous ne savons pas stocker l'lectricit . les oliennes sont trs irrgulires et alatoire et le solaire trs saisonnier . hier sur le 20h , une petite ville en alsace, le maire tait trs fiers de montrer qu'il produit plus d'nergie qu'il n'en consomme !!!! trs ecologique n'est ce pas ! ...surtout trs orient et propagandiste je pense ! ce reportage aurait pu tre prsent autrement ...avec ses X milliers de m2 de panneaux photovoltaques, Mr le maire se les fait en or en injectant dans le circuit EDF l'quivalent de sa consommation annuelle sur les 6 ou 7 mois o la demande est la plus faible !!!! qui paye ?...que fera t'on avec cet lectricit quand ce genre d'installations se multiplieront !!!? moi j'appel a des profiteurs , limite vol et escroquerie ...non ? si cet lectricit tait utilise en auto consommation ou pour remonter de l'eau sur un barrage d'altitude par exemple pour lisser la production lectrique, je dirais BRAVO , mais c'est pas le cas . Ce qui m' inquite , c'est les mdia qui font de l'audimat en exploitant la non connaissance technique et problmatique des sujets ou est ce peut tre encore plus grave ...de la propagande orchestre par des industriels ou des anti nuclaires pro gaz et charbons . ...les trois probablement ...tout le monde est gagnant !
[5]
Commentaire par jean T
mardi 29 janvier 2013 10:00
Il est quelque peu dfaitiste de dire que l'on ne sait pas stocker l'lectricit ; il existe, au moins sur le papier, une solution technique qui permet de stocker l'lectricit massivement, sans limitation de quantit ni contraintes cologiques ; je me reporte pour cela la proposition qui avait t formule il y a dj quelques annes par Pierre Couture, Ingnieur Chercheur chez HydroQubec ; il s'agit, en rsumant grossirement, de reproduire le principe des Step (Transfert d'nergie par pompage et turbinage entre deux rservoirs hydrauliques situs des altitudes diffrentes) en utilisant un lac (ou l'ocan) comme rservoir suprieur, et une cavit artificielle creuse grande profondeur comme rservoir infrieur. Le calcul montre que l'on peut alors stocker jusqu' 7 kWh par m3 de volume de cavit et restituer cette nergie la demande ; par extrapolation, une simulation montre que par une rpartition judicieuse de ces rservoirs sur le primtre ctier franais, on pourrait progressivement disposer de la capacit de stockage pour rguler sur l'anne une source d'nergie intermittente telle que la production photovoltaque ou olienne. Avec les moyens techniques dont on dispose aujourd'hui, la faisabilit technique d'un tel procd semble acquise ; reste en valuer le cot et la rentabilit...
[6]
Commentaire par Hervé
mardi 29 janvier 2013 20:20
@ jean T Pour stocker 7Kwh soit 25600000joules avec un seul m3 d'eau, il faut creuser environ 2000m sous terre. A ces profondeurs l, il faut que la roche soit solide pour ne pas s'affaisser dans le temps. Les mines de grande profondeur ont une fcheuse tendance a se refermer toutes seules en quelques annes sous la pression de la roche. Dsol mais la faisabilit technique d'un tel projet est loin d'tre acquise. Quant au cout...
[7]
Commentaire par jean T
mardi 29 janvier 2013 21:26
@herve : c'est effectivement ce niveau de profondeur ; les cavits sont formes de rseaux de galeries ; de telles paisseurs de roche au dessus de galeries se rencontrent notamment dans les tunnels alpins, et dans certaines mines en Afrique du Sud.
[8]
Commentaire par Hervé
mardi 29 janvier 2013 23:10
@ Jean Oui, mines qui trs souvent se referment au bout de quelques annes par tassement de la roche. Mais en poussant un peu plus loin, votre proposition pourrait aussi solutionner le problme des gaz de schistes: Au lieu de la fracturation hydraulique, on creuse, on broye la roche pour rcuprer le gaz, et quand le gisement est puis, conversion en geothermie et/ou STEP! Le gaz rcupr payera une partie des travaux, l?exploitation de la STEP une autre partie. Et pour les petits dsagrments (sismes, tassements....) on expliquera aux riverains que c'est naturel donc qu'ils n'ont pas besoin de ddommagements.
[9]
Commentaire par MLBRLyon
mercredi 30 janvier 2013 14:25
Article absolument ridicule! Qui ne fait pas mention de la spcificit franco-franaise du chauffage lectrique, qui a un rendement global de 20% environ. Oui, les capacits de production sont quasiment DEUX FOIS suprieures ce qu'elles devraient tre si le chauffage lectrique n'existait pas. Et ce sans mme aborder le dbat du nuclaire ou autre! Faire de l'lectricit partir de chaleur pour ensuite la retransformer en chaleur est ridicule, et forcment a un rendement ridicule, quel que soit le mode de production de cette lectricit.
[10]
Commentaire par jean T
jeudi 31 janvier 2013 09:16
Le chauffage lectrique direct en France est un accident de l'histoire, qui se justifiait lorsqu'il a t lanc pour couler les excdents de notre production lectrique nuclaire, le chauffage lectrique thermodynamique (pompe chaleur) tant alors ses dbuts et peu fiable. Malgr son rendement nergtique trs faible, il a permis de rduire trs sensiblement les importations de combustible (fuel ou gaz), trs coteuses pour notre conomie. Effectivement, il faudrait aujourd'hui proscrire le chauffage lectrique direct partout ou cela est possible et le remplacer par du chauffage thermodynamique, en le couplant si la configuration du logement le permet avec une distribution de chaleur basse temprature (plancher chauffant), pour au final, obtenir une solution fiable et nergtiquement performante; il en va de mme pour les chauffe eau rsistance lectrique, qui peuvent tre remplacs par des chauffe eau thermodynamiques, que l'on peut encore bonifier en y ajoutant quelques capteurs solaires.
[11]
Commentaire par Herv
jeudi 31 janvier 2013 22:45
@MRBLyon Pour rappel le chauffage lectrique chauffe 1/3 des logements avec 1/6 de l?nergie consomme pour le chauffage en France. Il reprsente moins de 15% de la conso lectrique du pays. Son dveloppement a aussi contribu a dvelopper l'isolation en France (promotelec...). Il contribue rduire le dficit de la balance commerciale. Il permet aussi a la France d?mettre un peu moins de CO2 que ses voisins pour le chauffage. C'est actuellement le moyen de chauffage le plus conomique pour l'usager. @ JeanT vous avez raison, d'autant plus que si on souhaite dvelopper les ENR, la solution passera en bonne partie par l?lectrique. Sachant qu'une centrale cycle combin + Transport + PAC consomme moins de gaz qu'une chaudire condensation.
[12]
Commentaire par patrig k
vendredi 01 fvrier 2013 17:05
L'HERermicien excentrique [ ... C'est actuellement le moyen de chauffage le plus conomique pour l'usager....] ... FAUX : En exploitation, c'est le plus couteux aprs le propane, la charge exploitation pour les locataires, le moindre investissement pour les promoteurs .. HLM , ou priv ! .. Le chauufage Elec, c'est la cause principal des pointes de 107 Gw/h en 2011, qui a oblig RTE de racheter 2000? l'unit, au lieu de 42? selon le tarif Nome ... Dficit commercial, au dtriment d'une dpendance Nigrienne, et des couts annexes militaires dans la zone ... [....//... Sachant qu'une centrale cycle combin (R% 55) + Transport ( R = - 6% ) + PAC (COP de 3 + 7c ) ! C'est dire quand les besoins sont moindre, et un COP = 1 TC Ext 0c et COP 0.8 en dea //// consomme moins de gaz qu'une chaudire condensation ( R 95% modulable de 10 100% selon besoin) ... . ...//....] Comment expliquez nous , qu'une quantit degaz produire de l'lectricit 55% de rendement, puisse etre plus rentable alors que les chaudires en question ont un R de 95% ! Scandaleux .. vos propos , sans compter toutes l'infrastructure en sus .. Coment peut on laisser de tel propagande sans Archi faux... 35 ans exprience , plus de 1500 MW install par an ... SUFFIT
[13]
Commentaire par Patrig K
vendredi 01 fvrier 2013 17:10
plus de 10 MW install et / ou chiffr par an
[14]
Commentaire par Hervé
vendredi 01 fvrier 2013 17:53
@ PatrigK Le chauffage lectrique est actuellement le systme le plus conomique sur des maisons rcentes (RT2005 ou +) en incluent l?nergie, l'amortissement, et l'entretien, savoir ce que le client paye. (Le bois en buches est mieux plac mais commence a tre interdit pour raison sanitaire). videmment dans le cas d'une passoire thermique ce n'est pas le bon choix. Manifestement vous n'avez pas suivi les volution des perfs des PAC air air. +7 on est actuellement sur des COP entre 4 et 5 certifis. A -7C, le COP est de 2.5 (pertes des dgivrages incluses). Une baraque actuelle de 120m dpense moins de 300? d'lec avec une pac pour se chauffer. Les CCCGT on un rendement suprieur 60% (65% pour les dernires siemens).Avec un cop moyen de 3 la chaudire a gaz quivalente devrait avoir un rendement de 60%(cccg) x 94%(transport) x 300% (gaz) soit 170% .. Le rendement rel (en comptant les cycles de dmarrage...) des meilleures chaudires est infrieur 100% (PCS). En plus la centrale combin peut tre associe de l'olien, ... ce qui amliore encore la perf. Vous avez en partie raison concernant les infrastructures, mais en partie seulement et malgr tout le choix franais reste trs bon.
[15]
Commentaire par Hervé
vendredi 01 fvrier 2013 18:01
Ouups 300% c'est la perf moyenne de la PAC (pas du gaz). Pour concurrencer une CCCG + PAC la chaudire gaz devra donc dpasser 170% de rendement rel. La propagande c'est vous qui la faites Patrig...
[16]
Commentaire par Lvy F
dimanche 03 fvrier 2013 22:37
Avec des si : Si EDF n'avait pas fait de la pub pendant 40 ans pour le chauffage lectrique (pour trouver un dbouch son lectricit nuclaire produite quand personne n en a besoin), on n aurait pas de pointe l hiver (comme tous les autres pays europens). Je plains les lves de ce "professeur" qui doivent supporter un cours si orient, agrment d arguments si btes. Je suis surpris qu il ait russi trouver une tribune pour publier cet article. Herv, votre calcul de rendement n est valable que pour les PAC (avec un COP de 3 ou 4 7C), or la majorit des chauffages lectriques qui quipent 75% des constructions neuves sont des "grilles pains" avec un COP de 1, donc un rendement de 50% (sans compter les 2/3 de pertes du fait du rendement du cycle de Carnot lors de la production initiale d electricit), soit nettement plus faible que les chaudires condensation qui chauffent directement les maisons. http://www.terraeco.net/Pub-comment-EDF-a-vendu-le-grille,41843.html
[17]
Commentaire par Hervé
lundi 04 fvrier 2013 13:05
@ Levy. Vous oubliez une chose dans votre comparatif. Les chaudires (gaz ou autre) n'ont pas le rendement qu'on leur attribue en usage courant. De plus elles sont gnralement exploites dans un chauffage central pas forcment trs efficient lui non plus. Le CEREN avait fait une tude qui montrait que les maisons chauffes par un chauffage central consommant entre 50 et 100% de plus d'energie finale que les maisons chauffes en lectrique rsistif. Ce qui fait qu'au final et dans la ralit l'ecart de performances entre un chauffage lectrique classique aliment par des centrales gaz combin (rendement de + de 60%) et le chauffage au gaz ou au fioul est assez faible.
[18]
Commentaire par Lvy F
lundi 04 fvrier 2013 22:44
si on regarde le pass, et les vielles maisons mal isoles, oui. Si on regarde l avenir, non : dans un logement bien isol, installer une chaudire basse conso avec un rendement de 95% consommera moiti moins de gaz que se chauffer au grille pain, avec une lectricit produite des km avec, lors des pointes, une chaudire gaz rendement de 60% et des pertes rseau de 6 ou 7%. Si on y rajoute un SSC (ce qui devrait tre obligatoire dans le collectif neuf si EDF ne faisait pas autant de lobbying et de pub pour les grille pains), ce serait au moins 4 fois plus performant. il n y a pas photo !
[19]
Commentaire par Herv
mardi 05 fvrier 2013 19:40
@ Levy Si on regarde l'avenir, les maisons ne consommeront quasiment plus d?nergie pour les chauffer. Avec les 60Twh consacr 1/3 du parc actuellement on aura de quoi largement chauffer tout le parc immobilier. Qu'on produise l?lectricit avec du nuke ou des oliennes plus un peu de gaz, ce sera toujours mieux, surtout associ des PAC. Le solaire se fera mais plutt de manire passive a mon avis. La chaudire va trs certainement disparaitre car dpasse tant en performance qu'en cout. Le chauffage de demain sera principalement lectrique, en rseau urbain, et au bois.
[20]
Commentaire par Lévy F
mardi 05 fvrier 2013 22:33
si on regarde l'avenir, il n y aura plus de nuclaire, car en plus d tre plus cher que les ENR, de pourrir le sous-sol pour des milliers de gnrations, il nous fait tous courir un risque, que mme le patron de l autorit de suret nuclaire Belge juge inacceptable, et que l IRSN chiffre 430 Milliards par racteur, soit plus que le budget de l tat.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !