Participez aux débats sur l'énergie de demain

Pierre Mongin : une ville dense et un maillage de transports publics


jeudi 30 octobre 2008

Dans une interview à Entreprises pour l'Environnement (EPE), Pierre Mongin, président de la RATP, expose sa conception de la "ville durable", caractérisée par un rapprochement des hommes de leurs lieux d'activité et par des réseaux efficaces de transports en commun. Un concept qui intéresse les énergéticiens à l'affût des changements de comportements des consommateurs...



Le site d'Entreprises pour l'Environnement

Comment envisagez-vous la contribution de la RATP à la construction de la ville durable?


Notre conviction, c'est que l'aménagement du territoire et la politique des transports ne peuvent être pensés qu'ensemble pour construire une ville dense, qui rapproche les hommes et les activités et donne à chacun un véritable accès à la mobilité. Le projet « Métrophérique Il de rocade métro autour de Paris proposé par la RATP repose sur une analyse fine des dynamiques territoriales et des potentialités de développement de l'Ile-de-France. Il ouvre l'accès à un réseau multimodal maillé. Il est conçu comme la colonne vertébrale d'un écosystème de mobilité sobre, facilitant l'usage des modes doux, du co-voiturage et bientôt de l'autopartage, aussi bien pour les habitants de petite que de grande couronne.

Quel équilibre entre les différents moyens de transport proposés par la RATP envisagez-vous?

Il n'y a pas de solution unique. Tout dépend du tissu urbain. Prenez le mode ferré dans la ville : d'un point de vue économique et écologique, il n'est réellement pertinent qu'en zone urbaine dense. En banlieue, le mode le mieux adapté est le bus en site propre. La clé, c'est de rechercher une bonne complémentarité entre nos différents modes et de bien les articuler avec tous les autres, publics ou individuels, mécanisés ou non. L:interface entre les modes est une voie de progrès pour une ville plus humaine. C'est la spécialité de notre entreprise.

Quelles ruptures technologiques sont aujourd'hui envisagées pour réduire la consommation énergétique des transports en commun?

D'abord, le transport public est largement plus efficace énergétiquement que toute autre sorte de transport motorisé. Ainsi, les réseaux ferroviaires de la RATP émettent près de 50 fois moins de gaz à effet de serre et consomment cinq fois moins d'énergie que la voiture particulière. La priorité absolue, c'est donc d'encourager l'utilisation des transports collectifs sobres en ville. Cela ne nous empêche pas, à la RATp, de nous mobiliser pour réduire notre consommation et nos émissions. Notre mode le plus consommateur étant le bus, nous envisageons une utilisation à court terme de véhicules à motorisation hybride. Par ailleurs, dans le domaine ferroviaire électrique, nous voulons renforcer la récupération de l'énergie au freinage grâce aux avancées technologiques attendues en matière de stockage de l'énergie, comme les supercondensateurs que l'industrie française maîtrise aujourd'hui.

(interview complète)
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !